fond billetterie en ligne

Trèfle (Trifolium)

Trèfle

Trèfle pourpre (Trifolium rubens)

Le Trèfle pourpre forme de belles stations sur les coteaux marneux mais aussi sur les talus les bords de route et les bords de champs. Il peut aussi bien être spontané que cultivé notamment sous forme de jachères fleuries..

Trèfle pourpre

Étymologie du nom

L’épithète rubens « tendant au rouge » de ruber « rouge » est souvent traduit par pourpré ou rougeâtre.

Description

Caractères distinctifs
Trifolium rubens est un trèfle robuste dressé sans bractées développées à la base de chaque fleur.
Ses folioles sont coriaces à nervures bien marquées (et non souples à nervure peu saillante).
Ses fleurs rouges sont nombreuses et serrées à calice à 20 nervures au tube glabre mais aux dents hérissées de longues soies (et non à tube du calice hérissé comme Trifolium alpestre).

Milieu principal
Coteaux et bois.

Statut protection
Protection régionale : Île de France.

Écologie
Bois et rocailles talus de préférence calcaires ou argileux : ourlets basophiles européens xérophiles dans l’association à Anthericum ramosum et Geranium sanguineum.

Étage altitude
De 200 à 1600 m.

Répartition
Européen central : presque toute la France mais rare au sud et absent de Corse. Europe centrale et méridionale .

Floraison
Juin à août.

Description
Taille 20 à 60 cm. Fleur pourpre avec souvent un peu de blanc très rarement blanche. Port dressé un peu raide.

Type biologique
Vivace (hémicryptophytes érigés).

Trèfle pourpre description complète

Trifolium rubens Linné 1753

Plante : vivace de 20 à 60 cm dressée robuste.
Pilosité : glabre en dehors de l’inflorescence mais parfois stipules et pédoncules à poils étalés.
Racine : souche dure.
Feuilles : les supérieures opposées à folioles oblongues lancéolées glabres coriaces fortement nervées denticulées tout autour pouvant paraître très étroites quand elles se ferment en gouttière.
Stipules : grandes à partie libre lancéolée sinuée dentée.
Inflorescences : dressées à fleurs très nombreuses en grosses têtes oblongues cylindriques terminales rapidement allongées jusqu’à 8 cm sur un pédoncule de 4 à 7 cm.
Fleurs : rouges à pourpre avec souvent un peu de blanc très rarement blanches de 12 à 15 mm de long souvent géminées et pédonculées.
Calice : à tube glabre et à 20 nervures à gorge velue et ouverte à dents longuement ciliées sétacées très inégales l’inférieure 1 fois plus longue que le tube

Autre synonymie : Lagopus glaber Bernh. Triphylloides rubens (L.) Moench

Trèfle pourpre (Trifolium purpureum)

Le Trèfle pourpre est souvent confondu avec Trifolium angustifolium dont certains auteurs en ont fait une sous-espèce. Il pousse dans des milieux plus sableux (acides) en compagnie de Tuberiara guttata ses fleurs sont rouges ou rose pourpre et fleurissent par le bas formant une pyramide.

Étymologie du nom

Voir Étymologie du nom de genre Trifolium

Description

Caractères distinctifs
Le Trèfle pourpre fait partie des trèfles à tête pédonculée oblongue et non pas ovoïde ou globuleuse ; en outre avec une tige épaisse (et non pas grêle).

Il a des folioles étroites (et non pas obovales en coin).

On le distingue de T. angustifolium à ses fleurs rose vif ou rouge (et non pas rose clair) les inférieures s’ouvrant nettement avant les supérieures donnant un air pyramidal à la tête restant bien droite (et non pas s’ouvrant toutes ensemble ou à peu près sur une tête restant cylindracée souvent un peu penchée). Enfin ses poils sont étalés (et non pas appliqués).

Milieu principal
Lieux secs.

Statut protection
Aucune protection.

Écologie
Lieux arides et sablonneux : tonsures annuelles acidophiles mésothermes dans l’association à Tuberaria guttata.

Étage altitude
Plaine et premières collines.

Répartition
Européen méridional : limité au sud-est Var Bouches-du-Rhône Gard Hérault Ardèche. Europe méridionale Asie occidentale.

Floraison
Printemps de mai à juillet plutôt juin.

Description
Taille 20 à 40 cm. Fleur rose purpurin ou rouge vif. Port dressé vigoureux.

Type biologique
Annuel d’été (thérophytes estivaux).

Classification
Règne : Plantae
Embranchement : Spermatophyta (Angiospermae)
Classe : Dicotyledones
Famille : Fabaceae
Genre : Trifolium.

Description de Coste (tome 1 taxon n° 908)

Trifolium purpureum Lois.

Plante : annuelle de 20 à 40 cm raide dressée.
Pilosité : poils étalés.
Feuilles : folioles toutes linéaires lancéolées aiguës.
Stipules : étroites à partie libre linéaire en alène.
Fleurs : ronge pourpre grandes les supérieures s’ouvrant longtemps après les inférieures en grosses têtes oblongues coniques ou thyrsoïdes terminales solitaires pédonculées.
Calice fructifère : à tube oblong velu à dents ciliées étalées raides linéaires en alène très inégales terminées par une glande et un faisceau de poils.
Corolle : dépassant beaucoup le calice

Autre synonymie : Trifolium angustifolium subsp. purpureum Ponert Trifolium loiseleurii Rouy Trifolium angustifolium subsp. purpureum(Loisel.) Gibelli & Belli

Trèfle cotonneux (Trifolium tomentosum)

Le Trèfle cotonneux est une plante amusante avec son calice fructifère accrescent qui forme en-dessous une lanterne et et au-dessus une boule de poils. Il pousse ici ou là dans les lieux sablonneux acides donc mais aussi sur talus acidifiés en milieu calcaire (garrigue) ou sur roches volcaniques.

Étymologie du nom

L’épithète tomentosum qui signifie « tomenteux » a pour sens botanique « à poils cotonneux entrecroisés à la façon d’un feutre » du latin tomentum « bourre duvet ». Ce terme exclusivement scientifique qui n’a pas de sens commun en français est cependant utilisé de temps à autre.

Description

Caractères distinctifs
Trifolium tomentosum est un trèfle à fleurs roses et à calice renflé en vessie après la floraison (heureusement fleurs et fruits se trouvent en général sur le même pied) à têtes fructifères velues axillaires (et non pas terminales).
On le distingue de T. fragiferum à son caractère annuel et non radicant et à ses pétioles et pédoncules glabres.
On le distingue de T. resupinatum annuel et non radicant également à ses pédoncules bien plus courts que la feuille (et non plus longs) et au caractère tomenteux et non pas velu du calice fructifère avec deux dents courtes non visibles (et non pas dépassant longuement)..

Milieu principal
Lieux sableux.

Statut protection
Aucune protection.

Écologie
Lieux secs et sablonneux acides ou acidifiés : tonsures annuelles acidophiles mésothermes dans l’association à Tuberiara guttata.

Étage altitude
Plaine et collines jusque vers 500 m.

Répartition
Méditerranéen : Provence Languedoc Roussillon Corse. Région méditerranéenne de l’Europe de l’Asie de l’Afrique.

Floraison
Avril à juin.

Description
Taille 5 à 20 cm. Fleur rose vif avec du blanc. Port étalé redressé.

Type biologique
Annuelle précoce (thérophytes vernaux).

Classification
Règne : Plantae
Embranchement : Spermatophyta (Angiospermae)
Classe : Dicotyledones
Famille : Fabaceae
Genre : Trifolium.

Trèfle cotonneux description complète

Trifolium tomentosum L.

Plante : annuelle de 5 à 20 cm couchée étalée non radicante.
Pilosité : glabre sauf le calice qui est tomenteux.
Feuilles : à folioles ovales finement nervées denticulées.
Fleurs : roses très petites sessiles.
Inflorescence : têtes à la fin globuleuses serrées tomenteuses sur des pédoncules axillaires plus courts que la feuille.
Calice fructifère : renflé en vessie membraneuse veinée en réseau à 10 nervures à 2 lèvres la supérieure globuleuse cotonneuse terminée par 2 pointes courtes cachées dans le tomentum.
Corolle : à demi renversée.
Fruit : gousse incluse non stipitée sans bec

Autre synonymie : Trifolium visianii Gand. Trifolium tomentosum var. minus (Ces. Pass. & Gibelli) Rouy Trifolium rectiusculum Gand. Trifolium pantocsekii Gand. Trifolium hebraeum Bobrov Trifolium curvisepalum Takht. Xerosphaera tomentosa (L.) Soják Trifolium resupinatum subsp. tomentosum (L.) Gibelli & Belli Galearia tomentosa (L.) C.Presl

Trèfle à folioles étroites (Trifolium angustifolium)

Le Trèfle à folioles étroites plus connu sous le nom évocateur de Queue de Renard est un élégant du sud et de l’Atlantique. Ses fleurs fugaces fanent rapidement et la fleur desséchée reste longtemps constellant l’inflorescence aux calices barbus d’orange du plus bel effet.

Étymologie du nom

Le terme trifolium signifie bien entendu « à trois feuilles » ou trois folioles. Le nom français a le même sens attesté depuis 1314 (tresfle) mais ne vient pas du latin. Il est emprunté au grec de Marseille triphullon issu de l’adjectif triphullos « à trois feuilles ». Pourtant l’ancien provençal trefueill est lui dérivé du latin ; lequel est de toute façon calqué sur le grec.

Description

Caractères distinctifs
Le Trèfle à feuilles étroites fait partie des trèfles à tête pédonculée oblongue et non pas ovoïde ou globuleuse ; en outre avec une tige épaisse (et non pas grêle).

Il a des folioles étroites (et non pas obovales en coin).

On le distingue de T. purpureum à ses fleurs rose clair (et non pas rose vif ou rouge) et s’ouvrant toutes ensemble ou à peu près sur une tête restant cylindracée souvent un peu penchée (et non les inférieures s’ouvrant nettement avant les supérieures donnant un air pyramidal à la tête restant bien droite) devenant orange à fanaison et restant longtemps sur la tête. Enfin ses poils sont appliqués et non pas étalés (critère peu fiable)..

Milieu principal
Lieux herbeux secs.

Statut protection
Aucune protection.

Écologie
Lieux arides et sablonneux champs abandonnés restés clairsemés.

Étage altitude
Plaine et collines jusque vers 600 mètres.

Répartition
Euryméditerranéen : sud élargi à l’Ouest et au Centre où il est rare naturalisé un peu partout Corse Europe méridionale Asie occidentale Afrique septentrionale.

Floraison
Mais surtout jusque juillet.

Description
Taille 10 à 30 cm. Fleur rose. Port dressé vigoureux.

Type biologique
Annuel.

Classification
Règne : Plantae
Embranchement : Spermatophyta (Angiospermae)
Classe : Dicotyledones
Famille : Fabaceae
Genre : Trifolium.

Description de Coste (tome 1 taxon n° 909)

Trifolium angustifolium L.

Plante : annuelle de 10 à 40 cm raide dressée.
Pilosité : poils appliqués.
Feuilles : folioles toutes linéaires ou linéaires lancéolées aiguës.
Stipules : étroites à partie libre linéaire en alène.
Fleurs : roses assez petites s’ouvrant presque en même temps en grosses têtes oblongues coniques ou cylindriques terminales solitaires pédonculées.
Calice : fructifére à tube oblong velu soyeux à dents ciliées étalées raides linéaires en alène un peu inégales terminées par une pointe jaunâtre et glabre.
Corolle : égalant à peu prés le calice

Autre synonymie : Triphylloides angustifolia (L.) Moench

Trèfle de thal (Trifolium thalii)

Le Trèfle de Thal est un trèfle montagnard qui ressemble d’allure à un certain nombre d’autres espèces comme le trèfle des prés ou plus encore le trèfle alpin mais son calice est glabre et ses pédoncules plus longs que les feuilles. Il est plus clair avec des tons très soyeux et des feuilles plus larges à dents terminées par une glande. Les pédicelles ne s’allongent pas à maturité..

Étymologie du nom

L’épithète thalii est dédié à Thal (ou Thalius) botnaiste et médecin Allemand du XVIe siècle (1542-1583) zuteur de Sylea heregnia

Description

Caractères distinctifs
Trifolium thalii fait partie des trèfles à tiges dressées ou étalées mais non radicantes à fleurs non renversées et calice non enflé et surtout glabre.
Dans ce groupe les trèfles à stipules entières et calices à moins de 15 nervures font partie d’un ensemble comprenant Trifolium alpinum.
Trifolium thalii se reconnaît alors à ses têtes pédonculées plus longues que la feuille adjacente mais à pédicelles restant très courts à maturité.

Milieu principal
prés et pâturages.

Statut protection
Aucune protection.

Écologie
Pâturages et graviers des hautes montagnes : pelouses basophiles subalpines alpiennes mésohygrophiles .

Étage altitude
Montagnard de 1000 à 3000 m.

Répartition
Orophyte méridional : Jura Alpes Pyrénées. Espagne Suisse Italie Autriche.

Floraison
Été : juillet et août.

Description
Taille 5 à 15 cm. Fleur rose. Port gazonnant hampes dressées.

Type biologique
Vivace (hémicryptophytes capiteux).

Trèfle de Thal description complète

Trifolium thalii Villars 1779

Plante : vivace de 5 à 15 cm gazonnante couchée ascendante non radicante.
Pilosité : glabre.
Feuilles : folioles assez petites ovales nervées finement denticulées tout autour chaque dent terminée par une glande à très long pétiole naissant de la souche.
Inflorescence : petites têtes globuleuses assez serrées.
Fleurs : de 7 à 10 mm rosées subsessiles toujours dressées.
Pédoncules : plus grands que la feuille adjacente.
Pédicelles : plus courts que le tube du calice.
Calice : glabre à dents inégales les supérieures un peu plus courtes que le tube.
Corolle : étendard 1 fois plus long que le calice.
Fruit : gousse saillante non bosselée à 2 ou 3 graines

Autre synonymie : Trifolium humile Ball Trifolium caespitosum Reyn. Amoria caespitosa (Reyn.) C.Presl Amoria thalii (Vill.) Fourr

Trèfle rampant (Trifolium repens)

Le Trèfle rampant est commun en France et dans l’hémisphère Nord présent en montagne jusqu’à 2800 m partout où il y a de l’herbe. Le plus commun des trèfles est indicateur d’un sol bien drainé à forts contrastes hydriques et riche en bases et en matières organiques. Son odeur est agréable.

Trèfle rampant

Étymologie du nom

L’épithète repens « rampant » décrit la manière de pousser par stolons radicants qui crée des tapis (la plante est dite gazonnante)

Description

Caractères distinctifs
Trifolium repens se reconnaît souvent à son port gazonnant ses grosses têtes blanches globuleuses et à fleurs pédonculées et ses feuilles tachées de blanc même si ce dernier critère est inconstant et loin d’être suffisant.
Trifolium repens a des calices qui ne s’enflent pas ou à peine à maturation et à dents peu inégales (différence avec Trifolium fragiferum).
Trifolium repens a des pédicelles qui s’allongent jusqu’à maturité et qui deviennent nettement réfléchis (différence avec Trifolium thalii) ainsi que de longs stolons (et non pas courts comme Trifolium thalii).

Milieu principal
prés et pâturages.

Statut protection
Aucune protection.

Écologie
Partout où il y a de l’herbe prés pelouses landes.

Étage altitude
De 0 à 2800 m.

Répartition
Circum-boréal devenu presque cosmopolite : France Corse. Europe Asie Afrique et Amérique septentrionales.

Floraison
De mai à octobre.

Description
Taille 5 à 20 cm en plaques de 5 à 40 ou 50 cm. Fleur blanche avec tons plus ou moins rosés. Port gazonnant pédoncule floral redressé.

Type biologique
Vivace.

Trèfle rampant description complète

Trifolium repens Linné 1753

Plante : vivace de 10 à 40 cm gatonnante couchée radicante.
Pilosité : glabre ou rares poils.
Feuilles : longuement pétiolées à folioles larges obovales souvent marbrées de blanc nervées denticulées tout autour.
Stipules : brusquement terminées en alène.
Inflorescence : têtes assez grosses de 15 à 20 mm voire 10 à 40 mm de diamètre subglobuleuses lâches portées sur des pédoncules axillaires égalant ou dépassant la feuille.
Fleurs : blanches ou un peu rosées de 4 à 12 mm de long pédicellées à la fin toutes réfléchies.
Calice : glabre à dents inégales les supérieures plus longues égalant le tube.
Corolle : étendard 1 fois plus long que le calice.
Fruit : gousse saillante bosselée non stipitée à 3 ou 4 graines

Autre synonymie : aucune.

Écologie Bonsai Plante Carnivore Orchidée Palmier Plantes Sauvages Comestibles Ail
Plante Méditerranéenne - Tous droits réservés. Mentions légales.