fond billetterie en ligne

Spergularia

Spergularia

Spergulaire marginée (Spergularia media)

La Spergulaire marginée fait partie de ces plantes insignifiantes que le promeneur dédaigne et que le botaniste évite : pour être sûr de la détermination il faut regarder les graines à la loupe binoculaire et ce de manière statistique… Dommage car la plante fleurit dans un milieu souvent assez terne les prés salés.

Spergulaire marginée

Étymologie du nom

Diminutif de Spergula (plantes proches différant surtout par le nombre de styles 5 chez Spergula et 3 chez Spergularia). Spergula spargoute ou espargoutte en français vient du latin spargere « répandre » plantes qui d’après Coste se répandent rapidement par leurs nombreuses graines. Au contraire ces plantes sont certes répandues mais peu abondantes. Fournier propose pour spargere « petit aspersoir pinceau » en raison des feuilles en fascicules. Comme on va le voir l’étymologie du français suggère deux autres sens plus plausibles. Le français spergule est un emprunt (1652) d’abord sous la forme latine spergula au latin médiéval lui-même de l’ancien provençal esparc espargula francisé en espargoule espargoutte d’origine discutée. Le mot viendrait du latin classique asparagus « asperge » pour « type de plante ressemblant à l’asperge » ou bien du latin spargere « répandre épars ». Dans ce dernier sens il faudrait sans doute mieux voir une plante présente ici ou là (éparse) ce caractère épars correspondant bien à la réalité. Ces deux étymologies sont possibles mais la seconde semble plus probable si l’on songe que Spergula arvensis la spergule des champs certes un peu plus fournie mais pas énorme pour autant était employée pour la nourriture des vaches laitières et appelée « fourrage de disette ». L’épithète media « moyen » ne correspond pas à grand-chose pour cette spergulaire qui est une des plus grandes au moins pour la taille de la fleur. La traduction française « marginée » correspond à l’ancien nom (Spergularia marginata) et évoque les graines bordées d’une aile.

Description

Caractères distinctifs
Les spergularia se différencient des spergula par leur nombre de styles (3 et non pas 5) et par leurs feuilles linéaires opposées (et non pas filigormes en faux verticilles).
Spergularia media se reconnaît à ses graines presque toutes munies d’une large aile tout autour entière ou peu dentée (et non pas fortement dentée ou laciniée) ses stipules conniventes (= apparemment soudées) à la base et la taille notable de ses fleurs et de ses fruits : plus de 4 mm pour les pétales pareil pour les sépales et plus de 6 mm pour la capsule.
Un critère pratique mais peut-être pas fiable à 100 % est le nombre d’étamines 8 à 10 et jamais moins. Par ailleurs la plante est un peu charnue glabre en bas mais glanduleuse en haut (à poils non denses).

Milieu principal
Bord de mer.

Statut protection
Aucune protection.

Écologie
Marais chemins inondés l’hiver prés salés vasicoles de haut-niveau topographique.

Étage altitude
Bord de mer.

Répartition
Donnée pour cosmopolite mais répartition à préciser du fait du découpage en sous-espèces ; ainsi la sous-espèce angustata (Spergularia media subsp. angustata (Clavaud) Kerguélen & Lambinon 1993) la remplace sur la côte atlantique.

Floraison
Mai et juin.

Description
Taille 8 à 15 cm parfois jusqu’à 30 cm. Fleur blanche avec du rose surtout au bout des pétales. Port étalé diffus redressé.

Type biologique
Souche ligneuse (hémicryptophytes érigés).

Spergulaire marginée description complète

Spergularia media (Linné) Carl Borivoj Presl 1826

Plante : vivace un peu charnue étalée diffuse plus ou moins appuyée surla végétation.
Pilosité : glabre à inflorescence glanduleuse.
Racine : souche épaisse.
Tiges : plus ou moins anguleuses souvent dénudées à la base.
Feuilles : linéaires épaisses un peu charnues.
Stipules : apparemment soudées à la base longues ovales lancéolées acuminées.
Fleurs : lilacées grandes plus de 4 mm en général blanches avec du rose surtout au bout des pétales.
Inflorescences : cymes ordinairement non feuillées.
Pédicelles : 1 à 2 fois plus longs que la capsule.
Calice : sépales de plus de 4 mm lancéolés égalant les pétales mais les dépassant à maturité.
Corolle : pétales de plus de 4 mm dépassant d’abord un peu les sépales.
Étamines : 8 à 10 jamais moins (ni plus).
Fruit : capsule grosse plus de 6 mm ovale conique dépassant le calice.
Graines : fortement comprimées presque toutes largement ailées à faces lisses

Autre synonymie : Spergularia media var. marginata Gren. & Godr. Stipularia marina Haw. Spergularia salina subsp. marginata Celak. Spergularia rubra subsp. marginata (C.A.Mey.) Celak. Spergularia media subsp. marginata (C.A.Mey.) Arcang. Spergularia maritima (All.) Chiov. Spergularia marginata subsp. attalii Sennen Spergularia branlyi Sennen Spergula maritima (All.) Druce Spergula marginata (C.A.Mey.) Murb. Arenaria maritima All. Arenaria marina Roth Tissa media (L.) Reiche Spergularia marginata Boreau Corion medium N.E.Br. Stipularia media (L.) Haw. Spergularia rubra var. media (L.) Fiori & Paol. Spergularia rubra subsp. media (L.) Bonnier & Layens Spergularia marginata (C.A.Mey.) Kitt. Spergularia halophila var. media (L.) T.Marsson Spergula media (L.) Bartl. & H.L.Wendl. Melargyra media (L.) Raf. Lepigonum medium (L.) Wahlb. Corion medium (L.) N.E.Br. Cerastium medium (L.) Crantz Arenaria media L. Arenaria marginata DC. Alsine marginata C.A.Mey.

Écologie Bonsai Plante Carnivore Orchidée Palmier Plantes Sauvages Comestibles Ail
Plante Méditerranéenne - Tous droits réservés. Mentions légales.