fond billetterie en ligne

Scrofulaire (Scrophularia)

Scrofulaire

Scrofulaire des alpes (Scrophularia alpestris)

La Scrofulaire des Alpes est une plante dédaignée car peu élégante assez raide et dégingandée avec une fleur qui ne dévoile ses charmes que de très près vu sa petite taille (7 mm de long et 4 de diamètre). Elle est commune ici ou là dans les bois frais des monts et montagnes du sud et se reconnnaît à ses pédicelles glanduleux.

Étymologie du nom

Le terme alpestris correspond à la première description de la plante mais en réalité elle est bien plus fréquente en Montagne Noire et dans les Pyrénées (et peut-être même absente des Alpes).

Description

Caractères distinctifs
Scrophularia alpestris fait partie des scrofulaires à inflorescence à feuilles réduites du moins dans la partie haute.
Scrophularia alpestris a un staminode arrondi et une inflorescence glanduleuse.
On la distingue de Scrophularia pyrenaica à ses feuilles dentées comportant une seule rangée de dents (et non pas doublement dentées) et surtout au fait qu’elle est peu visqueuse et ne retient ainsi pas la poussière..

Milieu principal
bois humides.

Statut protection
Aucune protection.

Écologie
Bois frais et lieux ombragés des montagnes : mégaphorbiaies subalpines des adrets.

Étage altitude
Montagnes de 500 à 2000 m.

Répartition
Orophyte sud-ouest européen : montagnes du Midi Cévennes siliceuses Corbières de l’Aude Pyrénées françaises et espagnoles.

Floraison
De mai à juillet.

Description
Taille 30 cm à 1 m. Fleur pourpre foncé. Port dressé raide.

Type biologique
Vivace.

Scrofulaire des Alpes description complète

Scrophularia alpestris J. Gay ex Bentham 1846

Plante : vivace de 30 cm à 1 mètre.
Pilosité : pubescente grisâtre inflorescence glanduleuse.
Racine : souche fibreuse.
Tige : pleine à 4 angles aigus.
Feuilles : minces largement ovales ou oblongues en cœur ou arrondies à la base les inférieures obtuses les autres acuminées crénelées dentées faiblement nervées.
Inflorescence : cyme pyramidale lâche à peine feuillée à la base pubescente glanduleuse.
Fleurs : brun rougeâtre.
Pédicelles : glanduleux dressés ou étalés 3 à 5 fois plus longs que le calice.
Calice : glabre à lobes arrondis étroitement scarieux.
Corolle : 10 à 14 mm.
Staminode : arrondi en cœur.
Fruit : capsule de 6 à 8 mm subglobuleuse acuminée

Autre synonymie : Scrophularia paui Merino Scrophularia betonicifolia Lapeyr. Scrophularia aquatica subsp. megaphylla (Pau) Guinea Scrophularia scopolii subsp. alpestris (J.Gay) P.Fourn.

Scrofulaire voyageuse (Scrophularia peregrina)

La Scrofulaire voyageuse est une plante peu fréquente sans être rare. C’est son milieu qui est rare : des endroits herbeux et frais mais pour autant pas trop ombragés non loin de la mer. Elle peut monter assez haut en altitude là où les amplitudes thermiques restent modérées et donc les influences maritimes fortes.

Étymologie du nom

Du latin scrofulae « scrofules » allusion à de prétendues propriétés médicinales d’après Coste mais d’après Fournier allusion à la truie scofa animal sujet aux tumeurs du même nom et que l’on soignait grâce aux scrofulaires. Le Robert confirme plutôt l’étymologie de Coste le rapport à la truie étant une question de forme : scrofellae dérive du grec khoiras qui signifie « en forme de dos de cochon » qui est la forme des pustules appelées scrofules : or il semble évident que la forme des fleurs évoque des scrofules. Je considère donc que la scrofulaire est la plante aux fleurs en forme de scrofules qui selon la théorie traditionnelle des signatures a été utilisée pour cette raison dans le traitement des scrofules qui étaient nommées ainsi bien avant que la plante ne le soit ; autrement dit j’estime que l’étymologie est linverse de celle donnée par Coste

Description

Caractères distinctifs
Parmi les scrofulaires à feuilles entières (et non pennatifides) et dentées la Scrofulaire voyageuse se distingue d’une autre série (contenant S. nodosa et alpestris) par son calice à lobes entièrement herbacés (et non pas scarieux au bord).
La Scrofulaire voyageuse se distingue de S. vernalis par ses fleurs brun rouge (et non pas vert jaunâtre) ses pédicelles 2 à 3 fois plus longs que le calice (et non pas plus courts que le calice) et le fait qu’elle soit glabre (et non mollement pubescente).

Milieu principal
Lieux frais et herbeux.

Statut protection
Aucune protection.

Écologie
Friches annuelles nitrophiles thermophiles estivales mésohydriques en compagnie de Chenopodium murale mais parfois ici ou là sur d’anciennes cultures ou des bords de chemin.

Étage altitude
Plaine et collines.

Répartition
Méditerranéen (dans l’ouest probablement naturalisé).

Floraison
Avril et mai.

Description
Taille 40-60 cm. Fleur pourpre à brun. Port dressé mais dans la végétation.

Type biologique
Annuelle printannière (thérophytes vernaux).

Classification
Règne : Plantae
Embranchement : Spermatophyta (Angiospermae)
Classe : Dicotyledones
Famille : Scrophulariaceae
Genre : Scrophularia.

Description de Coste (tome 3 taxon n° 2654)

Scrofularia peregrina L.

Plante : annuelle de 30 à 60 cm.
Pilosité : glabre.
Racine : grêle pivotante.
Tige : creuse quadrangulaire souvent rougeâtre.
Feuilles : minces d’un vert clair ovales aiguës tronquées ou en cœur à la base fortement et inégalement dentées.
Fleurs : d’un brun rougeâtre 2 à 5 en cymes axillaires lâches formant une longue panicule feuillée.
Pédicelles : 2 à 3 fois plus longs que le calice herbacé à lobes lancéolés aigus non scarieux.
Corolle : 5 à 8 mm à gorge dilatée.
Staminode : suborbiculaire étamines incluses.
Fruit : capsule de 4 à 5 mm glabre subglobuleuse brièvement apiculée

Autre synonymie : Scrophularia triphylla Bianca Scrophularia paniculata Seenus Scrophularia lesbiaca Candargy Sgeminiflora Lam.

Écologie Bonsai Plante Carnivore Orchidée Palmier Plantes Sauvages Comestibles Ail
Plante Méditerranéenne - Tous droits réservés. Mentions légales.