fond billetterie en ligne

Oeillet (Dianthus)

Oeillet piquant (Dianthus pungens subsp. pungens)

L’Oeillet piquant est une plante de crêtes ou de monts qui agrémente les rochers et les rocailles de ses touffes rose clair. Quoique non protégé il est tout de même peu fréquent mais il est vrai peu menacé sur ses vires rocheuses escarpées..

Étymologie du nom

L’épithète pungens signifie « piquant » allusion aux feuilles qui à défaut d’être vraiment piquantes sont un peu raides.

Description

Caractères distinctifs
Dianthus pungens subsp. pungens est un œillet à inflorescence diffuse composée de quelques fleurs non en tête agglomérée. Il est glabre et à pétales entiers non barbus à la gorge.
Les bractées intérieures du calice sont brusquement rétrécies au sommet et le calicule mesure le tiers ou plus du tiers de la longueur calice.
On distingue Dianthus pungens de Dianthus subacaulis au fait que tiges sont papilleuses ou pubescentes au moins à leur base (et non pas entièrement glabres) et les bords des feuilles des rejets sont scabres (et non pas lisses).
On distingue Dianthus pungens subsp. pungens des autres sous-espèces au fait que le calice est conique (et non pas en colonne) ainsi qu’à son aire de répartition (Pyrénées Orientales en France et Catalogne).

Milieu principal
Rochers.

Statut protection
Endémique France sud Espagne.

Écologie
Crêtes parois vires rocailles éventuellement éboulis (au bord).

Étage altitude
Crêtes et monts de 400 à 1200 m.

Répartition
Orophyte pyrénéen endémique des Pyrénées Orientales et de Catalogne.

Floraison
Juin.

Description
Taille 10 à 30 cm. Fleur rose clair. Port en pseudo-coussinets.

Type biologique
Vivace (hémicryptophytes érigés).

Oeillet piquant description complète

Dianthus pungens subsp. pungens Linné 1771

Plante : vivace glauque en coussins ou touffes de 5 à 40 cm.
Pilosité : glabre sauf la base des tiges.
Racine : souche ligneuse.
Tiges : un peu anguleuses grêles papilleuses ou pubescentes au moins à leur base.
Feuilles : étroitement linéaires an alène raides presque piquantes.
Fleurs : rose clair par 1 à 4 au sommet de la tige assez longuement pédonculées.
Calicule : 4 écailles étalées larges contractées en pointe courte atteignant le milieu du calice.
Calice : assez court de 13 à 15 mm large nettement conique strié dans toute sa longueur à dents lancéolées acuminées.
Corolle : pétales non contigus glabres presque entiers.
Fruit : capsule oblongue

Autre synonymie : Dianthus subulatus Timb.-Lagr. Dianthus serratus Lapeyr. Dianthus furcatus subsp. subulatus (Timb.-Lagr.) Nyman Dianthus asper var. serratus (Lapeyr.) Ser.

Oeillet arméria (Dianthus armeria)

L’Œillet arméria ou œillet velu n’a pas de nom vernaculaire usité ; le vocable « armoirie » parfois utilisé n’a pas de sens car armeria signifie « au bord de la mer ». Cet œillet commun reste cependant discret dans l’herbe sauf en milieu de saison quand il se ramifie et augmente de taille sans excéder la hauteur de l’herbe..

Oeillet arméria

Étymologie du nom

L’épithète armeria réfère à une pante l’armérie du fait d’une ressemblance vraiment très vague les fleurs étant rapprochées. Le terme armeria venant du breton ar mor « au bord de la mer » ne veut décidément rien dire appliqué à cet œillet. Toutefois il est possible que l’épithète renvoie en fait au genre Phlox avec lequel la fleur de cet œillet ressemble quelque peu et qui correspond à l’ancien genre Armeria (à une époque ou les actuelles Armeria s’appellaient Statice).

Description

Caractères distinctifs
Dianthus armeria est caractérisé comme Dianthus barbatus par la gaine de ses feuilles médianes qui est courte moins de deux à trois fois plus longue que large et ses feuilles bractéales presque entièrement herbacées.
On distingue Dianthus armeria de Dianthus barbatus outre son caractère bisannuel (et non pas vivace) par son caractère globalement velu (et non pas plutôt glabre).
En outre ses feuilles sont linéaires (et non pas lancéolées) à limbe étroit de moins de 5 mm (et non pas large de plus de 5 mm).
Enfin les pétales sont séparés les uns des autres au lieu d’être contigus ou de se chevaucher..

Milieu principal
bois et coteaux.

Statut protection
Protection départementale : Isère.

Écologie
Bois clairs et pelouses lieux argileux ou siliceux lieux sablonneux.

Étage altitude
Plaines et collines jusqu’à 1200 m.

Répartition
Européo-caucasien : France y compris Corse Europe Caucase Arménie.

Floraison
De juin à août.

Description
Taille 10 à 50 cm. Fleur rouge à pourpre ponctué de blanc. Port dressé.

Type biologique
Bisannuelle.

Œillet arméria description complète

Dianthus armeria Linné 1753

Plante : bisannuelle dressée de 10 à 50 cm.
Pilosité : pubescente.
Tige : dressée raide ramifiée surtout au sommet au fur et à mesure de la saison.
Feuilles : lancéolées linéaires velues à gaine aussi longue que large.
Inflorescence : 2 à 8 fleurs en fascicules denses entourés de bractées herbacées dressées aussi longues qu’eux.
Fleurs : rouges ponctuées de blanc petites subsessiles.
Calicule : bractées herbacées velues égalant ou dépassant le calice légèrement atténuées en pointe herbacée en principe hérissée de poils.
Calice : cylindrique velu étroit de 14 à 20 mm.
Corolle : pétales étroits oblongs non contigus poilus à la gorge bordés de quelques dents marquées.
Fruit : capsule cylindrique

Autre synonymie : aucune.

Oeillet virginal (Dianthus caryophyllus subsp. longicaulis)

L’Oeillet virginal est présent ici et là de la plaine à la montagne dans le sud. Sans doute issu d’un œillet horticole à une époque non connue qui a dérivé en diverses variétés et sous-espèces il a été décrt sous divers noms dont il n’est pas toujours facile de déterminer les équivalences de l’œillet des bois à l’œillet de Sicile en passant par l’œillet méditerranéen.

Étymologie du nom

L’épithète longicaulis « à longues tiges » est assez parlant et correspond à d’anciens noms. Quant à caryophyllus qui signifie littéralement « feuilles en nœud » il est une allusion au nœud à la base des feuilles (de toutes les plantes de la famille des caryophyllacées). Le terme désignait également le clou de girofle (qui n’est pas un fruit mais un bouton floral) d’où l’ancien nom d’œillet girofle. Qaunt au français récent virginal il semble la traduction sans sens particulier du latin virgineus mais sert à enfin identifier cet œillet dont le nom a sans cesse changé.

Description

Caractères distinctifs
Dianthus caryophyllus est bien caractérisé par son calice très long avec un calicule très court à bractées brusquement rétrécies.
Aller au-delà sans un bon botaniste sous la main semble aventureux. Même dans ce cas d’un botaniste à l’autre et d’une étude à l’autre les noms obtenus risquent d’être contradictoires (d’où les flottements dans la nomenclature).
Il semble que ce taxon au départ introduit (très anciennement sans date connue) se soit installé en subissant des changements de formes pas toujours corrélés à des différences biologiques.
Cependant cet œillet étant très commun on a de bonnes chances d’arriver au même nom avec toutes les flores si on ne va pas trop dans les détails. À ce titre il est préférable de considérer comme équivalents des noms comme Dianthus virgineus Dianthus longicaulis et Dianthus sylvestris var. godronianus même s’ils ne sont pas exactement synonymes..

Milieu principal
Coteaux secs.

Statut protection
Protection départementale : Isère Alpes de Haute-Provence Lot Jura.

Écologie
Coteaux arides murs et rochers.

Étage altitude
de la plaine à la montagne de 0 à 1600 m. Note : au bord de la mer il s’agit de la variété type multiflore alors que partout ailleurs il s’agit de la var. godronianus (Jordan) Kerguelen à laquelle coresspondent les photos..

Répartition
Tout le sud. Peut-être ailleurs mais la sous-espèce ou la variété est à définir selon les travaux locaux.

Floraison
De juin à septembre.

Description
Taille 20 à 60 cm. Fleur rose. Port dressé.

Type biologique
Vivace.

Oeillet virginal description complète

Dianthus caryophyllus subsp. longicaulis (Tenore) Arcangeli 1894

Plante : vivace 20 à 60 cm.
Pilosité : glabre.
Racine : souche ligneuse émettant des rejets allongés.
Feuilles : largement linéaires subobtuses canaliculées les supérieures bractéiformes coriaces au nombre de 1 à 3 la dernière étant peu renflée au nœud.
Fleurs : roses odorantes.
Inflorescence : panicule de 1 à 5 fleurs.
Calicule : 4 bractées (presque toujours) ou parfois 2 à 6 courtes larges striées au sommet brusquement mucronées 4-5 fois plus courtes que le calice.
Calice : long de 15 à 30 mm à dents aiguës de 4 à 6 mm.
Corolle : pétales contigus glabres dentés.
Fruit : capsule cylindrique

Autre synonymie : Dianthus sylvestris subsp. longicaulis (Ten.) Greuter & Burdet Dianthus sylvestris var. garganicus Ten. Dianthus tarentinus Lacaita Dianthus sylvestris subsp. garganicus (Ten.) Pignatti Dianthus contractus (Guss.) Lojac. Dianthus caryophyllus var. longicaulis (Ten.) P. Fourn. Dianthus boissieri Willk. Dianthus longicaulis Ten.

Écologie Bonsai Plante Carnivore Orchidée Palmier Plantes Sauvages Comestibles Ail
Plante Méditerranéenne - Tous droits réservés. Mentions légales.