fond billetterie en ligne

Mauve (Malva)

Mauve

Lavatère maritime (Malva subovata)

La Lavatère maritime était encore récemment appelée Lavatera maritima. Avec ses feuilles presque rondes elle est bien une mauve. Elle porte haut ses fleurs sur des tiges élancées en corniche littorale ou en surplomb maritime. La raréfaction des friches rocheuses en bord de mer entraîne la relative rareté de cette belle demoiselle.

Étymologie du nom

Du grec malacos « mou » allusion aux propriétés émollientes (qui a la propriété de ramollir les tissus) de ces plantes d’après Coste. Si on le suit le terme malva serait un faux ami qui ne voudrait donc pas dire « mauve » (la couleur). En fait il a raison en partie. Malva est l’ancien nom latin tiré du grec qui a également donné le nom français attesté en 1256 sous la forme mave puis maulve. Les anciens consommaient les feuilles pour leur saveur et leurs propriétés émollientes. Mais le mot ne vient pas du grec malakhê c’est au contraire le grec qui dérive du mot désignant les plantes probablement pris à une langue méditerranéenne. La mauve était une des plantes des jardins potagers et médicinaux de Charlemagne. Le nom de la couleur n’est venu qu’après et tardivement (1804). Enfin le terme désignait un parapluie de coton rouge au XIXe siècle par analogie de forme. L’épithète subovata désigne la forme des feuilles ovale avec la partie la plus large au tiers supérieur alors que les autres mauves ont des feuilles à peu près rondes. L’ancien genre à laquellle appartenait cette mauve Lavatera est dédié par Tournefort à ses deux amis médecin et naturalistes suisses les frères Lavater. Le nom français est simplement une francisation du latin et n’a donc rien à voir avec le verbe laver ou les lavandières…

Description

Caractères distinctifs
Malva subovata est une mauve tomenteuse blanchâtre à fleurs d’un blanc rosé en arbrisseau maigre à feuilles médianes et supérieures palmées ou presque rondes mais jamais découpées Les fleurs sont plus ou moins pendantes à l’épanouissement jamais dressées et leurs pédoncules sont plus longs que les pétioles et à calicule à 3 pièces non soudées..

Milieu principal
Rochers du littoral.

Statut protection
PROTECTION NATIONALE.

Écologie
Pelouses rocailleuses rochers fissurés escarpements petits replats herbeux falaises .

Étage altitude
Mer et jusqu’à 600 m sur les escarpements.

Répartition
Littoral méditerranéen (présence localisée en Atlantique) : Alpes Maritimes Var Bouches du Rhône Hérault Aude Pyrénées Orientales Corse. Espagne Baléares Sardaigne Italie Tunisie Algérie Maroc.

Floraison
De février à mai.

Description
Taille 1 mètre en moyenne de 50 cm à 250 m. Fleur blanc à rose à onglet pourpre. Port dressé souvent retombant grêle pour une plante ligneuse.

Type biologique
Vivace.

Classification
Règne : Plantae
Embranchement : Spermatophyta (Angiospermae)
Classe : Dicotyledones
Famille : Malvaceae
Genre : Lavatera.

Lavatère maritime description complète

Malva subovata (DC.) Molero et Montserrat

Plante : ligneuse d’environ 1 mètre.
Pilosité : couverte de poils étoilés.
Feuilles : blanches tomenteuses suborbiculaires les supérieures anguleuses.
Fleurs : blanc rosé pourpres à l’onglet à pédoncules plus longs que le pétiole solitaires ou géminées à l’aisselle des feuilles.
Calicule : non accrescent à lobes lancéolés plus courts que le calice.
Calice : très accrescent à lobes ovales acuminés.
Corolle : 2 à 3 fois plus longue que le calice.
Fruit : carpelles glabres ridés plans sur le dos à bords aigus et ondulés noircissant à la maturité à axe central conique

Autre synonymie : Lavatera hispanica Mill. Malva wigandii (Alefeld) M.F. Ray nom illégitime Lavatera subovata DC. L. maritima Gouan

Mauve musquée (Malva moschata)

La Mauve musquée est une plante qu’on rencontre souvent mais en petites quantités qui égaye les sous-bois et les lisières des sols siliceux pendant tout l’été. Son odeur n’est discernable qu’une fois mise dans un vase et dans une pièce fermée. On la reconnaît de loin à sa transparence rose.

Mauve musquée

Étymologie du nom

L’épithète moschata « musquée » est une allusion à l’odeur (fort discrète).

Description

Caractères distinctifs
Malva moschata ne pose pas de difficulté d’identification en général.
Elle peut cependant être confondue avec Malva tournefortiana dont les fleurs sont moitié plus petites plus claires les feuilles plus fines et dont l’épicalice a des segments également bien plus fins.
Par ailleurs Malva moschata a des pédoncules floraux à poils simples avec seulement quelques poils étoilés (majoritairement étoilés chez Malva tournefortiana sauf quelques poils simples à la base des pédicelles)..

Milieu principal
Bois et coteaux siliceux.

Statut protection
Aucune protection.

Écologie
Bois haies prés lisières surtout sur terrains siliceux ou acidifiés.

Étage altitude
Collines et monts de la plaine en région fraiche à la montagne vers 1600 m.

Répartition
Euryméditerranéen nord : toute la France. Europe surtout occidentale et centrale Maroc.

Floraison
L’été de juin à septembre.

Description
Taille 30 à 60 cm. Fleur rose clair. Port dressé.

Type biologique
Vivace.

Mauve musquée description complète

Malva moschata Linné 1753

Plante : polymorphe vivace de 30 à 60 cm dressée.
Pilosité : parsemée de poils la plupart simples.
Tiges : arrondies ramifiées.
Feuilles : les radicales suborbiculaires les autres profondément découpées en segments étroits fasciculées au sommet.
Inforescence : terminales en grappes lâches accompagnées d’inflorescences plus tardives sur des rameaux latéraux.
Calicule : à folioles linéaires étroites atténuées au 2 bouts égalant le tube du calice.
Fleurs : rose clair assez transparent.
Calice : accrescent à lobes largement triangulaires.
Corolle : 2 à 3 fois plus longue que le calice.
Fruit : carpelles velus lisses noircissant à la maturité

Autre synonymie : Malva alcea var. laciniata (Desr.) Bonnier Alcea pinnatifida Gilib. Malva tenuifolia Savi Malva orsiniana Ten. Malva moschata var. ramondiana Godr. Malva moschata var. laciniata (Desr.) Godr. Malva moschata var. intermedia Godr. Malva moschata subsp. orsiniana (Ten.) Arcang. Malva laciniata Desr. Malva geraniifolia (J.Gay ex Lange) J.Gay ex Lacaita Malva alcea L. Malva alcea subsp. moschata (L.) Bonnier & Layens Bismalva laciniata Fourr. Bismalva moschata (L.) Medik.

Grande mauve (Malva sylvestris)

La Grande Mauve ou mauve sylvestre est une plante rudérale qui pousse surtout dans les décombres donc au bord des routes et des chemins. Très variable les amateurs de tisane distinguent parfois la forme érigée et la forme rampante. Il s’agit de la même plante ; mais avant d’en faire une tisane mieux vaut regarder de près où elle pousse….

Grande mauve

Étymologie du nom

L’épithète sylvestris qui signifie « forestière des forêts » est particulièrement mal trouvé car si on peut à la rigueur la trouver en lisière de bois ou de forêt cette plante est surtout liée à l’homme à ses décombres et autres rejets plus ou moins douteux.

Description

Caractères distinctifs
Malva sylvestris est si polymorphe que des sous-espèces anciennement décrites lui sont actuellement rattachées.
Malva ambigua Guss. est simplement une mauve sylvestre à petites fleurs et petites feuilles plus velue qui ne pousserait que dans le sud-est mais avec tous les intermédiaires avec Malva sylvestris.
Malva mauritiana L. ferait référence à divers cultivars à grandes fleurs grenat pourpre parfois rencontrés loin des habitations mais arrivés toujours par plantations volontaires (bords de champs) ou décharge sauvage (terre gravats rebuts de jardin).

Malva sylvestris est une mauve à feuilles médianes et supérieures palmées ou presque rondes mais jamais découpées. Les tiges ne sont pas lignifiées et jamais tomenteuses blanchâtres. Les fleurs sont grandes à longs pétales échancrés fortement marqués de violet ou pourpre. Le calicule plus court que le calice a 3 pièces non soudées (ou à peine) assez étroites..

Milieu principal
Bord de chemin.

Statut protection
Aucune protection.

Écologie
Plante rudérale (= des décombres) nitrophile supportant le tassement mais disparaissant si le milieu se ferme (donc pas du tout forestière) : terrains vagues chemins cultures fumier bords de route ronds-points pelouses. Il est probable que la forme rampante soit liée au tassement la forme des champs et des lisières étant dressée et ramifiée.

Étage altitude
Plaine collines et monts : de 0 à 1500 mètres ou davantage.

Répartition
Euryméditerranéen devenant subcosmopolite : toute la France Corse. Europe Asie occidentale Afrique septentrionale.

Floraison
Mai et juin l’été à l’automne et parfois l’hiver.

Description
Taille : 10 à 20 cm de haut si couchée 50 cm à 150 m si dressée. Fleur de mauve clair (l’hiver) à mauve pourpre (l’été) avec veines pourpre vif . Port couché ou dressé se ramifiant en pyramide lorsqu’elle est bien développée.

Type biologique
Pérennante fleurissant généralement plusieurs années.

Classification
Règne : Plantae
Embranchement : Spermatophyta (Angiospermae)
Classe : Dicotyledones
Famille : Malvaceae
Genre : Malva.

Grande Mauve description complète

Malva sylvestris L.

Plante : polymorphe pérennante de 20 cm à 150 m couchée dressée ou ascendante.
Pilosité : poils étalés.
Tiges : plus ou moins ascendantes pour les plantes couchées se ramifiant en pyramide pour les plantes dressées.
Feuilles : palmatifides à lobes plus ou moins profonds crénelés.
Fleurs : d’un rose violacé allant du mauve bleu au mauve rouge veinées grandes en fascicules axillaires.
Calicule : à folioles oblongues ou largement lancéolées plus courtes que le calice.
Calice : peu accrescent à lobes largement triangulaires ne cachant pas les carpelles à la maturité.
Corolle : 3 à 4 fois plus longue que le calice.
Fruit : carpelles glabres ridés jaunâtres à la maturité

Autre synonymie : Malva sylvestris subsp. erecta (C.Presl) NymanAlthaea mauritiana (L.) Alef.

Écologie Bonsai Plante Carnivore Orchidée Palmier Plantes Sauvages Comestibles Ail
Plante Méditerranéenne - Tous droits réservés. Mentions légales.