fond billetterie en ligne

Erodium

Erodium

Erodium à feuilles découpées (Erodium laciniatum)

L’Érodium à feuilles découpées est une plante quasi disparue en France présente en quelques points du littoral méditerranéen. On peut confondre Erodium laciniatum avec Erodium malacoides car les feuilles ne se découpent que tardivement. L’identification certaine demande une binoculaire (absence de sillon intrafovéolaire)..

Étymologie du nom

L’épithète laciniatum « découpé » est une allusion aux feuilles caractéristiques quand elles sont âgées même si elles sont peu découpées dans leur jeune âge.

Description

Caractères distinctifs
Erodium laciniatum se reconnaît à son hétérophyllie avec des feuilles de plus en plus découpées vers le haut de la plante et au fur et à mesure qu’elle grandit (c’est une annuelle).
Le fruit mur dépasse 55 mm de longueur mais pas 70 mm et il n’y a pas de sillon infra-fovéolaire (loupe x20)..

Milieu principal
sables maritimes.

Statut protection
Non protégé mais liste rouge des espèces menacées.

Écologie
Littoral sables ou zones nues arrière-dune.

Étage altitude
Bord de mer.

Répartition
Sténo-méditerranéen. Très rare en France : Hérault Alpes Maritimes Var Bouches du Rhône. Europe méditrranéenne Afrique septentrionale Arabie et Inde.

Floraison
Avril de mars à mai.

Description
Taille 10 à 60 cm. Fleur rose. Port redressé.

Type biologique
Annuel.

Érodium à feuilles découpées description complète

Erodium laciniatum (Cavanilles) Willdenow 1800

Plante : annuelle vert foncé 10 à 60 cm tiges florifères redressées.
Pilosité : brièvement poilu parfois glabrescent dans le haut.
Tiges : couchées ou ascendantes poils rétrorses au moins à leur base.
Feuilles : hétérophyllie d’autant plus marquée que la plante est plus développée. Feuilles basales indivises puis pennatilobées feuilles caulinaires pennatifides puis pennatipartites à segments de largeur décroissante vers le haut de la plante eux-mêmes irrégulièrement dentés à incisés.
Inflorescence : 3 (1) à 8 voire 10 fleurs en fausses ombelles sur des pédoncules plus longs que la feuille.
Bractéoles : les plus grandes dépassent souvent 4 mm de longueur.
Fleurs : roses à violet pourpre petites.
Calice : sépales mucronés à nervures saillantes.
Corolle : pétales obovales un peu plus longs que le calice.
Fruit : carpelles sans sillon infra-fovéolaire bec long de 55 à 70 mm arêtes à 7-8 tours de spire

Autre synonymie : Erodium triangulare auct.

Erodium fausse mauve (Erodium malacoides)

L’érodium fausse mauve est typique de bord de mer et de basse altitude principalement dans le sud mais également jusqu’en Bretagne. Commun dans le midi il est facile à identifier grâce à ses feuilles ovales et crénelées. Il pousse un peu partout chemins décombres cultures mais ne monte guère en altitude. Il aime les talus ou les bords de fossé (partie haute).

Erodium fausse mauve

Étymologie du nom

Du grec erôdios « héron » le fruit ressemblant à un bec de héron et malakhê un mot grec sans doute emprunté à une langue méditerranéenne et qui signifie « mauve » la couleur étant très proche de celle de cette plante (voire la forme des feuilles)

Description

Caractères distinctifs
De loin sa couleur rose est typique. De près ses feuilles le différencient de toute autre espèce (plus longues que celles d’E. maritimum) y compris de genres autres que Erodium.
Bien que très variable pouvant devenir énorme dans les champs (fumure engrais) il reste facile à identifier.
Remarque : cette espèce est souvent introduite hors de la zone méditerranéenne et elle devient vite envahissante.

Milieu principal
Bord de chemin.

Statut protection
Protection régionale : Bretagne.

Écologie
Bords des chemins décombres cultures (sol nu).

Étage altitude
De 0 à 500 mètres parfois jusqu’à 1000 mètres.

Répartition
Sud et Midi Sud-Ouest jusqu’en Bretagne. Europe méridionale Asie occidentale Afrique septentrionale.

Floraison
Toute l’année surtout de mars à juillet avec pic en mars.

Description
Taille 10 à 40 cm. Fleur rose. Port couché.

Type biologique
Annuelle.

Classification
Règne : Plantae
Embranchement : Spermatophyta (Angiospermae)
Classe : Dicotyledones
Famille : Geraniaceae
Genre : Erodium.

Description de Coste (tome 1 taxon n° 655)

Erodium malacoides Willd.

Plante : annuelle 10-40 cm.
Pilosité : pubescente glanduleuse.
Racine : pivotante.
Tige : couchée ou ascendante.
Feuilles : ovales obtuses un peu en cœur à la base toutes crénelées ou superficiellement lobées ou les inférieures subtrilobées.
Fleurs : lilacées 3 à 8 en ombelles sur des pédoncules plus longs que la feuille
Pédicelles : 2 à 4 fois plus longs que le calice.
Bractéoles : largement ovales obtuses.
Sépales : mucronés à 3-5 nervures.
Pétales : obovales non contigus dépassant peu le calice.
Étamines : filets glabres.
Fruit : bec du fruit long de 2 à 3 cm grêle arêtes à 4-5 tours de spire

Autre synonymie : aucune.

Erodium bec-de-cigogne (Erodium ciconium)

L’érodium bec-de-cigogne est remarquable par la longueur de ses fruits et sa fleur délicate froissée comme un pavot ou un ciste. Typiquement du sud il déborde cependant de la zone méditerranéenne pour peu qu’un lieu sableux ou à terre fine l’accueille au soleil.

Erodium bec-de-cigogne

Étymologie du nom

Du grec erôdios « héron » le fruit ressemblant à un bec de héron et ciconium « cigogne » pour insister sur la longueur exceptionnelle du fruit. À noter que le français « héron » ne provient pas du grec mais du francique haigro qui a donné également aigrette et que le atin cinonium est emprunté à l’etrusque

Description

Caractères distinctifs
Cet érodium ne pose pas de difficultés d’identification par le bleu spécial (un peu mauve très lumineux) de sa fleur et la longueur de son fruit.
Lorsqu’il est seulement en feuilles on le distingue d’E. cicutarium par le fait que les lobes terminaux des feuilles sont décurrents sur le rachis (alors que chez E. cicutarium le rachis est nu).
Sur photo en cas de doute la combinaison des pétales à peine plus grand que le calice avec des sépales longuement aristés et des pértales inégaux est typique.

Milieu principal
Lieux sableux.

Statut protection
Aucune.

Écologie
Friches annuelles subnitrophiles méso méditerranéennes en association avec Hordeum murinum (orge des rats).

Étage altitude
De la plaine aux environs de 1000 mètres.

Répartition
Méditerranéen : tout le sud y compris Hautes-Alpes Savoie Auvergne. Europe méridionale Asie occidentale Afrique septentrionale.

Floraison
De avril à juin voire juillet.

Description
Taille 10 à 60 cm voire plus dans les vignes engraissées. Fleur bleue. Port étalé peu redressé.

Type biologique
Annuel (thérophytes estivaux).

Classification
Règne : Plantae
Embranchement : Spermatophyta (Angiospermae)
Classe : Dicotyledones
Famille : Geraniaceae
Genre : Erodium.

Description de Coste (tome 1 taxon n° 661)

Erodium ciconium Willd.

Plante : annuelle caulescente de 10 à 60 cm.
Pilosité : pubescente glanduleuse.
Feuilles : ovales ou oblongues pennatiséquées à segments obtus pennatifides les supérieurs décurrents sur le pétiole.
Fleurs : d’un bleu clair veinées 2 à 7 sur des pédoncules axillaires plus longs que la feuille.
Pédicelles : 1 à 2 fois plus longs que le calice.
Bractéoles : petites ovales acuminées non soudées.
Sépales : aristés à 3-5 nervures saillantes.
Pétales : dépassant à peine le calice inégaux les 2 plus grands échancrés.
Fruit : à valves sans pli concentrique bec long de 6 à 8 cm et arêtes à 6-8 tours de spire

Autre synonymie : Geranium viscosum Mill. Erodium viscosum (Mill.) Steud. Erodium sennenii Bianor Erodium longirostrum Formanek Erodium carthaginense Pau Erodium brevicaule Bertol. Geranium ciconium L. Geranium ciconium L.

Erodium de chios (Erodium chium)

L’Érodium de Chios est une plante maritime méditerranéenne qui se complaît dans les lieux tassés chemins ou arrières-dunes et sur les talus des digues. Très variable du fait du piètinement il est confondu avec un petit Erodium malacoides et a vu une de ses variations nommées Erodium littoreum simple forme rabougrie en fait..

Étymologie du nom

L’épithète chium est une allusion à l’île grecque Chios en mer Égée septentrionale réputée être le lieu de naissance d’Homère et également réputée être rocailleuse le milieu typique de cet érodium.

Description

Caractères distinctifs
Erodium chium ressemble à petit Erodium malacoides dont les feuilles crénelées ont globalement trois lobes (caractère éminemment variable et peu fiable mais souvent efficace sur le terrain). Toutes les feuilles sont semblables à peine plus découpées à la base et parfois presque entières quand elles sont jeunes.
Erodium chium se distingue à coup sûr d’Erodium malacoides (x20) à l’absence de sillon infra-fovéolaire sur les carpelles et aux tours de spire sur les carpelles (après détachement spontané) hétérogènes lâches à la base puis denses vers le haut (et non pas denses sur toute la longueur de l’arête)..

Milieu principal
bord de mer.

Statut protection
Aucune protection.

Écologie
Coteaux chemins talus du littoral de la Méditerranée.

Étage altitude
Bord de mer 0 à 10 m.

Répartition
Euryméditerranéen du sud : Var Bouches-du-Rhône Aude Pyrénées-Orientales Corse. Région méditerranéenne de l’Europe et de l’Afrique.

Floraison
D’octobre à juin.

Description
Taille 10 à 40 cm horizontalement. Fleur rose. Port couché à peine redressé.

Type biologique
Annuel ou bisannuel peut-être parfois vivace.

Érodium de Chios description complète

Erodium chium (Linné) Willdenow 1794

Plante : annuelle ou bisannuelle couchée inflorescences un peu redressées.
Pilosité : pubescent.
Feuilles : peu hétérophylles ovales tronquées ou en cœur à la base à 3-5 divisions ovales incisées crénelées la moyenne plus grande.
Inflorescence : 3 à 8 fleurs en fausses ombelles sur des pédoncules plus longs que la feuille.
Pédicelles : 3 à 5 fois plus longs que le calice.
Fleurs : rose lilacé assez grandes.
Bractéoles : ovales aiguës.
Calice : sépales mucronés à 3-5 nervures.
Corolle : pétales obovales ne dépassant pas 25 mm de long contigus plus longs que le calice.
Fruit : bec long de 3-4 cm pas de sillon infra-alvéolaire arêtes des carpelles après détachement spontané à 6-7 tours de spire très étirés à la base puis denses vers le haut

Autre synonymie : Geranium chium Linné 1759

Écologie Bonsai Plante Carnivore Orchidée Palmier Plantes Sauvages Comestibles Ail
Plante Méditerranéenne - Tous droits réservés. Mentions légales.