fond billetterie en ligne

Anémone (Anemone)

Anémone

Anémone des bois (Anemone nemorosa)

L’anémone des bois est une plante spontanée dans les sous-bois tempérés mais introduite (volontairement ou non) en de nombreux endroits. Il est relativement facile de savoir si elle est présente naturellement : en principe elle n’habite que les forêts anciennes et peu transformées dont elle est un bio-indicateur.

Anémone des bois

Étymologie du nom

Du grec anemos « vent » du fait des fruits plumeux et de croître en lieu venté d’après Coste. Fournier retient le fruit dont les arêtes indiquent le sens du vent et le fait que les fleurs en forme de cloche s’agitent au vent. En réalité l’origine du mot français réfère aux pétales légers la fleur étant supposée s’ouvrir sous l’action du vent

Description

Caractères distinctifs
Anemone nemorosa se distingue de A. sylvestris par sa pilosité faible voire nulle (et non pas abondante) et quand on a vu les deux par sa taille (plante grêle à fleur et feuilles menues au lieu d’une fleur grande et d’une plante développée).

Milieu principal
Bois.

Statut protection
Introduite en de nombreux lieux (liste DAISIE).

Écologie
Sous-bois herbacés médioeuropéens planitiaires à montagnards en association avec Carex sylvatica.

Étage altitude
Plaine mais pas bord de mer collines et monts jusqu’à plus de mille mètres dans le sud.

Répartition
Holarctique : France Europe Asie Amérique.

Floraison
De mars à mai selon altitude.

Description
Taille 10 à 30 cm. Fleur blanche à rosé. Port dressé allure grêle.

Type biologique
Survie par le rhizome : géophyte à rhizome.

Classification
Règne : Plantae
Embranchement : Spermatophyta (Angiospermae)
Classe : Dicotyledones
Famille : Ranunculaceae
Genre : Anemone.

Description de Coste (tome 1 taxon n° 83)

Anemone nemorosa Linné – Anémone des bois

Souche* : horizontale allongée charnue cassante.
Hampe : 10-30 cm grêle.
Pilosité : légèrement pubescente.
Feuilles : 1 à 2 naissant loin de la hampe palmatiséquées à 3-5 segments pétiolulés incisés dentés.
Folioles de l’involucre : à pétiole égalant la moitié du limbe semblables aux feuilles.
Pédoncules : à la fin recourbés.
Fleurs : blanches roses ou purpurines solitaires.
Sépales : 5 à 8 ovales glabres.
Fruit : carpelles pubescents étalés à bec glabre n’égalant pas la moitié de leur longueur.
*NDLR : il s’agit en fait du rhizome

Autre synonymie : Anemone nemorosa var. purpurea DC. Anemone quinquefolia L. Anemone pentaphylla Hook.f. ex Pritz. Anemone pedata Raf. Anemone nemorosa var. tenuifolia Rouy & Foucaud Anemone nemorosa var. quinquaefolia DC. Anemone nemorosa var. grandiflora Rouy & Foucaud Anemone nemorosa var. bastardii Rouy & Foucaud Anemone francoana Merino Pulsatilla nemorosa (L.) Schrank Anemonoides nemorosa (L.) Holub Anemonanthea nemorosa (L.) Gray Anemanthus nemorosus (L.) Fourr.

Pulsatille soufrée (Anemone alpina subsp. apiifolia)

La Pulsatille soufrée a navigué entre Anémone et Pulsatille. Aujourd’hui Anémone elle a le fruit Pulsatille (le style grandit et devient plumeux). Assez fréquente dans les Pyrénées orientales à l’étage du rhododendron seules ses corolles jaune clair la distinguent de l’Anémone des Alpes (blanche) au point que certains contestent la réalité de la sous-espèce.

Étymologie du nom

Description

Caractères distinctifs
Les feuilles vertes très découpées et l’allure de la fleur ainsi que sa couleur jaune soufré suffisent en principe à reconnaître Anemone alpina subsp. apiifolia. Toutefois il peut arriver que quelques fleurs soient blanches. Elle est exclusive des sols siliceux.
La subsp. fontqueri (Anemone alpina subsp. fontqueri) exclusive des sols calcaires endémique des Pyrénées et d’Espagne a des fleurs plus petites (3 à 6 cm au lieu de 4 à 7 cm) et blanches et des carpelles moins nombreux (30 à 80 à mâturité au lieu de 100 à 300).
Dans la zone où la sous-espèce alpine blanche existe calcicole mais non exclusive (Anemone alpina subsp. milefoliata) la distinction entre une Anemone alpina subsp. apiifolia et subsp. millefoliata peut s’avérer impossible..

Milieu principal
prés et pâturages.

Statut protection
Protection régionale : Auvergne Frnche-Comté.

Écologie
Prairies proximité des ruisseaux et lande à rododendron si elle est fraîche.

Étage altitude
Sur silice à l’étage subalpin en général au maximum de 1 000 à 2 500 m.

Répartition
Orophyte méridional : Pyrénées Corbières Alpes-maritimes Auvergne et ici ou là plus au Nord.

Floraison
De avril à juillet selon altitude et exposition.

Description
Taille 10 à 30 cm. Fleur jaune soufré parfois blanche. Port dressé assez robuste (tige épaisse).

Type biologique
Vivace (hémicryptophytes érigés).

Pulsatille soufrée description complète

Anemone alpina subsp. apiifolia (Scopoli) O. Bolòs & Vigo 1974

Plante : 10 à 30 cm à port robuste presque raide.
Hampe : 10 à 30 cm vigoureusement dressée.
Pilosité : velue soyeuse.
Feuilles : d’abord poilues puis glabres triangulaires à segments pennatifides incisés dentés.
Bractées de l’involucre : pétiolées semblables aux feuilles radicales.
Fleurs : jaunes rarement blanches grandes solitaires dressées.
Sépales : 6 elliptiques velus en dehors.
Fruit : carpelles oblongs nombreux (100 à 300) velus à longue arête plumeuse

Autre synonymie : Pulsatilla alpina subsp. apiifolia (Scop.) Pulsatilla burseriana (Scop.) Rchb. Preonanthus sulphureus (L.) Fourr. Anemone gredensis Rivas Mart. Anemone alpina var. flavescens DC. Anemone alpina subsp. sulphurea (L.) Arcang. Anemone alpina subsp. apiifolia (Scop.) Bonnier Pulsatilla apiifolia (Scop.) Schult. Preonanthus apiifolius (Scop.) Skalicky Anemone apiifolia Scop.

Pulsatille rouge tardive (Anemone rubra var. serotina (h.j.coste) aichele & schwegler)

est une plante d’une beauté ténébreuse et attachante. Elle fleurit en mai quand le causse verdit à peine juste avant l’explosion printannière. Localement abondante comme toute endémique elle est potentiellement fragile.

Étymologie du nom

D’après le latin pulsatus « battu par le vent » en référence aux aigrettes du fruit qui frémissent à la moindre brise

Description

Caractères distinctifs
La date de floraison est en soi un critère suffisant. Pour le reste elle est plus ou moins indiscernable des autres sous-espèces plus précoces ou inféodées à d’autres lieux.

Milieu principal
causses.

Statut protection
Endémique des Causses protégée en Pays de Loire Rhône-Alpes Midi-Pyrénées.

Écologie
Pelouses basophiles sub/ supra méditerranéennes mésoxérophiles des adrets à l’ouest du Rhône.

Étage altitude
de 500 à 1100 mètres.

Répartition
Orophyte méridional : causses.

Floraison
Fin avril mai voire début juin.

Description
Taille 10 à 20 cm rarement 30. Fleur rouge sombre. Port dressé en « plumeau ».

Type biologique
Vivace

Pulsatille rouge tardive description complète

Anemone rubra Lamarck var. serotina (H.J.Coste) Aichele & Schwegler

Plante : herbacée vivace de 10 à 30 cm.
Pilosité : couverte de longs poils.
Feuilles : plusieurs fois pennées et disposées en rosette près du sol.
Fleurs : rouge bordeaux foncé de 3-4 cm de diamètre isolée en forme de cloche.
Pétales : 6 couverts de poils argentés à l’extérieur.
Étamines : jaune vif.
Fruit : carpelles oblongs velus à longue arête plumeuse.

Autre synonymie : Anemone propera Jord. Pulsatilla vulgaris [var.] propera (Jord.) P. Fourn. Anemone pulsatilla proles propera (Jord.) Rouy & Foucaud Anemone serotina H.J. Coste Pulsatilla rubra Delarbre var. serotina (H.J.Coste) Aichele & Schwegler.

Anémone pulsatille (Anemone pulsatilla var. costeana aichele et scwegler)

Anemone pulsatilla var. Costeana est la vériété caussenarde d’un classique des photographes Quand on ne la connaît pas il ne faut pas la rater car elle est précoce et pousse quand il n’y a pas grand-chose d’autre que Draba aizoides (très joli également). Les fruits sont tout aussi beaux !.

Étymologie du nom

viendrait du latin pulsare « pousser agiter » du fait que les arêtes plumeuses du fruit s’agitent au vent ; mais Fournier émet un doute et le nom serait peut-être lié aux propriétés de la plante (position qui ne semble pas logique vu que la plante est fébrifuge). Les noms français semblent indiquer le contraire (herbe au vent) et justement le terme français « pulsatille » provient de pulsatus « battu par le vent ». Cette dernière étymologie le nom scientifique étant calqué sur le nom français semble la plus probable

Description

Caractères distinctifs
On la distingue de Pulsatilla alpina par l’involucre à folioles sessiles ne ressemblant pas aux feuilles radicales (et non à folioles pétiolées semblables aux feuilles radicales).
Ses feuilles radicales apparaissant à la floraison et les fleurs violettes la distinguent de P. vernalis (aux feuilles persistantes et aux fleurs avec du blanc).
Parmi les pulsatilles violettes elle a des fleurs dressées puis inclinées à floraison et enfin redressées à maturité (distingue de P. pratensis et P. montana).
On la distingue de P. halleri par sa couleur violet foncé (et non lilas) et ses feuilles d’abord velues puis glabrescentes (et non toujours velues soyeuses).

Milieu principal
Prés et pâturages.

Statut protection
Endémique des Causses.

Écologie
Pâturages et coteaux rochers crêtes calcaires.

Étage altitude
Faible altitude des collines aux crêts et causses rare au-dessus de 1200 mètres.

Répartition
Presque toute la France presque toute l’Europe Sibérie.

Floraison
De mars à juin toujours précoce par rapport au lieu où elle pousse.

Description
Taille 10 à 40 cm. Fleur violette. Port dressé parfois retombant.

Type biologique
Vivace.

Anémone pulsatille description complète

Anemone pulsatilla Linné 1753 var. Costeana Aichele et Scwegler

Racine : souche oblique éoaisse noirâtre.
Tige : hampe de 10-30 cm.
Pilosité : velue soyeuse.
Feuilles : poilues bi à tripennatiséquées à segments profondément divisés en lanières linéaires.
Folioles de l’involucre : sessiles divisées jusqu’à la base en lanières linéaires.
Fleurs : rougeâtres ou violettes grandes solitaires dressées ou à la fin penchées.
Sépales : 6 elliptiques velus soyeux en dehors plus ou moins courbés en dehors dans la moitié supérieure.
Fruit : carpelles oblongs velus à longue arête plumeuse

Autre synonymie : Pulsatilla bogenhardiana Rchb. Pulsatilla nigella Jord. Pulsatilla vulgaris [var.] nigella (Jord.) P. Fourn. Anemone pulsatilla subsp. praecox (Gaudin) Rosenthal Anemone pulsatilla subsp. bogenhardtiana (Rchb.) Rouy & Foucaud Anemone pulsatilla proles nigella (Jord.) Rouy & Foucaud Anemone patens Hoppe Anemone janczewskii Giraudias Anemone bogenhardiana (Rchb.) Pritz. Pulsatilla vulgaris Miller

Écologie Bonsai Plante Carnivore Orchidée Palmier Plantes Sauvages Comestibles Ail
Plante Méditerranéenne - Tous droits réservés. Mentions légales.