fond billetterie en ligne

Géranium (Geranium)

Géranium à feuilles molles (Geranium molle)

fat partie de la cohorte des plantes rudérales qui poussent près de l’homme et de ses activités agricoles ou de construction et agrémentent des lieux à l’esthétique douteuse. Il se distingue du géranium à feuilles rondes par ses pétales échancrés et du géranium fluet par sa tige ciliée.

Géranium à feuilles molles

Étymologie du nom

Du grec geranos grue car le fruit ressemble à un bec de grue. Le français est quant à lui un emprunt (1545) au latin des botanistes d’abord pour désigner le pelargonium cultivé ensuite d’une manière plus générale. La forme geranion (1550) qui est celle du latin classique (le latin botanique en est une réfection) a été utilisée au XIXe siècle. Quant au terme « mou » de molle il est à prendre ici dans son sens d’origine « de consistance non dure au toucher » plutôt que dans le sens de feuille molle « qui ne se tient pas ». On note que le mot grec équivalent (malakkhos) est utilisé pour l’Erodium malacoides dans le même sens

Description

Caractères distinctifs
Se distingue facilement du Geranium rotondifolium par ses pétales échancrés. Autres critères plus délicats les feuilles sont un peu moins rondes et un peu plus découpées et généralement sans points rouges aux nervures. Se distingue du Geranium pusillum par ses 10 étamines fertiles (au lieu de 5) à filets glabres (au lieu de ciliés à la base) ses tiges couvertes de poils (au lieu d’être seulement pubescentes) ses carpelles glabres et ridés (et non pubescents sans rides). Un autre critère pour le moins peu évident en général est le fait que les pétales dépassent « plus ou moins » le calice (au lieu de « à peine » …).

Milieu principal
Bord de chemin.

Statut protection
Aucune protection.

Écologie
Plante rudérale aimant la matière minérale : décombres pied des murs champs (parties nues et pierreuses).

Étage altitude
Plaine et petites collines pas au-delà de 200-500 mètres.

Répartition
Toute la France Asie occidentale Afrique septentrionale.

Floraison
De mars (méditerrannée) avril (reste de la France) à septembre.

Description
Taille 10 à 30 cm. Fleur rose. Port couché redressé.

Type biologique
Annuelle.

Géranium à feuilles molles description complète

Geranium molle L.

Plante : annuelle port couché ou ascendant.
Pilosité : couverte de longs poils mous étalés.
Tiges : 10-40 cm.
Feuilles : orbiculaires palmatifides à 5-7 lobes en coin 2 fois aussi longs que larges incisés les supérieures plus petites et subsessiles.
Stipules : ovales-lancéolées.
Fleurs : purpurines ou roses petites.
Pédoncules : biflores plus longs que la feuille.
Pédicelles : 2 à 4 fois plus longs que le calice.
Sépales : étalés brièvement mucronés à longs poils étalés.
Pétales : bifides dépassant plus ou moins le calice à onglet court et cilié.
Étamines : à filets entièrement glabres.
Fruit : carpelles glabres ridés en travers

Autre synonymie : aucune.

Géranium colombin (Geranium columbinum)

Le Géranium colombin est une plante élégante et fluette présente un peu partout sans jamais être abondante. Sa discrétion la fait passer inaperçue le long des haies ou des lisières mais quand elle compose un tableau charmant au milieu des pierres on se demande pourquoi on ne l’avait pas vue avant..

Étymologie du nom

L’épithète colombinum est une traduction du nom vernaculaire colombin qui a son équivalent dans presque toutes les langues et qui est une allusion aux découpures de la feuille évoquant peut-être un colombin. Le terme « colombin » est issu du langage technique de la poterie et serait en rapport avec la fiente de pigeon mais son origine est obscure. Quoi qu’il en soit il désigne un morceau de pâte roulée en longueur forme qui peut en effet évoquer les feuilles même si un tel rapprochement semble tiré par les cheveux. Une hypothèse plus vraisemblable vient du nom vernaculaire le plus commun et le plus ancien : Pied-de-pigeon. En effet les feuilles ressemblent avec un peu d’imagination à un « pied » (griffes) de pigeon. Il semble certain qu’il n’y a aucun rapport avec les colombes. À ce titre le choix pour nom officiel de « Géranium des colombes » est incompréhensible et fantaisiste.

Description

Caractères distinctifs
Geranium columbinum est un petit géranium à sépales de moins de 6 mm en pieds isolés ou touffes à feuilles à contour globalement circulaire découpées en lobes linéaires.
On distingue Geranium columbinum de Geranium dissectum à ses pédicelles dépassant habituellement 2 cm et paraissant très grand par rapport au reste de la plante (et non ne dépassant pas 12 cm) et à ses sépales à nettes marges scarieuses (et non pas à marges de 01 mm) avec des fruits glabrescents (et non pas densément velus)..

Milieu principal
haies et bois.

Statut protection
Aucune protection.

Écologie
Lisières chemins murs prairies de préférence sur calcaire dans le nord.

Étage altitude
Plaines et montagnes de 0 à 1500 m.

Répartition
Eurasiatique : toute la France mais rare au nord Corse. Europe Asie occidentale Afrique septentrionale.

Floraison
Mars à juillet.

Description
Taille 10 à 40 cm. Fleur rose clair à foncé. Port dressé étalé.

Type biologique
annuel d’été (thérophytes estivaux).

Géranium colombin description complète

Geranium columbinum Linné 1753

Plante : annuelle de 10 à 40 cm.
Pilosité : parsemée de poils appliqués.
Tiges : faibles.
Feuilles : orbiculaires palmatiséquées à 5-7 segments découpés presque jusqu’au pétiole en lobes linéaires.
Fleurs : purpurines veinées moyennes.
Pédoncules : biflores beaucoup plus longs que les feuilles.
Pédicelles : 5 à 6 fois plus longs que le calice.
Pédicelles fructifères : asymétriques avec l’un dressé ou étalé et l’autre étalé ou réfléchi.
Calice : sépales étalés aristés courbés en dehors par les bords à poils appliqués.
Corolle : pétales émarginés égalant à peine le calice à onglet court et cilié.
Étamines : à filets un peu ciliés.
Fruit : carpelles glabrescents non ridés

Autre synonymie : Geranium malvaceum Burm.f. Geranium gracile Schenk Geranium diffusum Picard Geranium pallidum Salisb.

Géranium sanguin (Geranium sanguineum)

Le Géranium sanguin est un ravissement des lisières plutôt de bois secs au Nord et de bois relativement frais au sud où il ne pousse guère qu’en altitude. Protégé il n’est pas vraiment rare mais apparemment en régression et en tout cas présent ici ou là plutôt que partout..

Géranium sanguin

Étymologie du nom

Description

Caractères distinctifs
Le Geranium sanguineum se reconnaît en général aisément à sa couleur même pour les variétés plus claires.
Dans le doute Geranium sanguineum est un géranium à pétales à onglet bien plus court que le limbe et à sépales étalés. Il est vivace en colonies du fait de son gros rhizome. Ses feuilles bien que découpées sont orbiculaires dans leur contour et ses fleurs presque aussi grandes.

Milieu principal
Coteaux et bois.

Statut protection
Protection régionale : Basse Normandie Centre Champagne-Ardenne Lorraine Picardie.

Écologie
Coteaux et bois secs en lisière : ourlets basophiles européens xérophiles dans une association typique avec Anthericum ramosum.

Étage altitude
Rare en-dessous de 400 m (voire très rare) présent mais peu fréquent de 400 à 1500 m.

Répartition
Européen : presque toute la France cultivé et se naturalise. Europe jusqu’à la région boréale Asie occidentale.

Floraison
Mai et juin jusqu’en septembre.

Description
Taille 10 à 60 cm. Fleur pourpre sanguine. Port en colonies denses mimant un buisson non ligneux.

Type biologique
Vivace (hémicryptophytes érigés).

Géranium sanguin description complète

Geranium sanguineum Linné 1753

Plante : vivace de 10 à 60 cm dressée ou étalée ascendante.
Pilosité : hérissée de longs poils étalés parfois glabre ou presque.
Racine : rhizome épais donnant naissance à une petite colonie dense.
Tiges : ramifiées dichotomiquement à partir du premier nœud aérien.
Feuilles : orbiculaires très profondément palmatipartites à 5-7 segments en coin trifides à lobes entiers ou incisés.
Stipules : ovales aiguës.
Fleurs : rouges à pourpres veinées très grandes presque autant que ls feuilles.
Pédoncules : uniflores 1 à 2 fois plus longs que la feuille.
Calice : sépales étalés terminés par une longue arête rougeâtre parsemés de poils étalés.
Corolle : pétales échancrés ou non 1 à 2 fois plus longs que le calice à onglet très court et cilié.
Étamines : filets ciliés inférieurement.
Fruit : carpelles poilus au sommet non ridés

Autre synonymie : aucune.

Géranium des pyrénées (Geranium pyrenaicum)

Le Géranium des Pyrénées est présent partout en France mais loin d’y être commun en tous lieux car absent des lieux secs et chauds et rare à l’Ouest. Eurasien ce géranium préfère le climat continental. Il n’est pas particulièrement pyrénéen et y est même plutôt moins fréquent qu’ailleurs tel est le mystère des dénominations botaniques.

Étymologie du nom

L’épithète n’a aucun sens si ce n’est à la rigueur de rappeler que ce géranium aime les stations un peu humides des étages collinéens et montagnards.

Description

Caractères distinctifs
Le Geranium pyrenaicum est une espèce qui ne pose habituellement pas de difficulté de détermination même de loin souvent reconnu à la couleur typique de ses fleurs.
Pour une petite plante ou une plantule germant dans l’année et au cas où la couleur soit moins typique l’échancrure des pétales associée au caractère discrètement pubescent et surtout non ridé du carpelle est un couple de critères suffisant.

Milieu principal
bord de chemin.

Statut protection
Aucune protection.

Écologie
Prés chemins champs.

Étage altitude
Collines et monts de 300 à 1900 m.

Répartition
Euryméditerranéen : toute la France rare dans le Midi et surtout dans l’Ouest. Europe centrale et méridionale Asie occidentale Afrique septentrionale.

Floraison
De avril à octobre.

Description
Taille 20 à 80 cm. Fleur violet bleuâtre. Port étalé diffus plus ou moins appuyé sur la végétation.

Type biologique
Vivace qui fleurit dès la première année.

Géranium des Pyrénées description complète

Geranium pyrenaicum Burman f. 1759

Plante : vivace de 20 à 80 cm dressée ou étalée.
Pilosité : mollement pubescente.
Racine : souche grêle courte verticale.
Feuilles : orbiculaires palmatifides à 5-7 lobes élargis en coin incisés crénelés.
Stipules : oblongues lancéolées.
Inflorescence : cyme pseudo-unipare ou bipare à la base.
Fleurs : violet bleuâtre assez grandes.
Pédoncules : plus longs que la feuille.
Calice : sépales étalés à peine mucronés pubescents glanduleux.
Corolle : pétales profondément échancrés 1 à 2 fois plus longs que le calice à onglet court et cilié.
Étamines : filets ciliés inférieurement.
Fruit : carpelles finement pubescents non ridés

Autre synonymie : aucune.

Écologie Bonsai Plante Carnivore Orchidée Palmier Plantes Sauvages Comestibles Ail
Plante Méditerranéenne - Tous droits réservés. Mentions légales.