fond billetterie en ligne

Daphné (Daphne)

Daphné

Garou (Daphne gnidium)

Le Garou est un arbuste classique et parfois abondant dans les zones méditerranéennes et les sables du sud-ouest. Il colonise les landes après l’incendie ou sinon se trouve de ci-de de-là dans les lieux arides. Ses baies d’une couleur fluo sont attirantes mais très toxiques comme tout le reste de la plante..

Garou

Étymologie du nom

L’épithète gnidium provient par déformation de cnidium granum qui est le nom du fruit d’une espèce proche Daphne mezereum le Bois-gentil et qui fait référence à la ville de Carie d’une province de l’antiquité grecque aujourd’hui turque (sud-est de la Turquie).

Description

Caractères distinctifs
Daphne gnidium se reconnaît entre tous par ses longs rameaux dressés en faisceaux et peu ramifiés qui de loin évoquent un pot de crayon ou une euphorbe.
Daphne gnidium a des fleurs disposées en panicule lâche à floraison étalée jamais entièrement en fleurs avec souvent des fruits mûrs en même temps que les fleurs au contraire des autres daphnés qui ont des fleurs latérales ou bien en fausse capitule à floraison simultanée.
Les rameaux sont entièrement feuillés ou au moins sur 10 cm de long.

Milieu principal
lieux secs.

Statut protection
Protection régionale : Aquitaine Pays de Loire.

Écologie
Lieux arides et sablonneux garrigue rocaille bois divers lieux après incendie.

Étage altitude
Collines de 0 à 800 m.

Répartition
Méditerranéo-atlantique : Provence Languedoc Roussillon Gironde Charentes Vendée Corse.

Floraison
.

Description
Taille 50 cm à 2 m. Fleur blanche à jaune crème. Port arbustif ou en faisceaux.

Type biologique
Ligneux.

Garou description complète

Daphne gnidium Linné 1753

Plante : arbrisseau de 50 cm à 2 mètres dressé et non imbriqué à croissance rapide.
Tiges : rameaux dressés longs et flexibles cylindriques lisses bruns pubérulents au sommet feuillés sur toute leur longueur.
Feuilles : glabres et un peu glauques subcoriaces persistantes pendant un an longues de 2 à 4 cm étroitement oblancéolées à linéaires uninervées
Inflorescences : panicules terminales irrégulièrement globuleuses à pyramidales.
Pédicelles : blancs tomenteux.
Fleurs : du blanc pur au jaune crème odorantes la plupart caduques.
Périanthe : long de 6 à 10 mm blanc soyeux à lobes ovales un peu plus courts que le tube.
Fruit : baie nue ovoïde de 5 à 8 mm rouge vif orangé brillant

Autre synonymie : Daphne paniculata Lam. 1779 Laureola gnidium (L.) Samp. ex Pereira 1932 Mistralia gnidium (L.) Fourr. 1869 Thymelaea gnidium (L.) All. 1785

Daphné des alpes (Daphne alpina)

Le Daphné des Alpes est le plus insignifiant des daphnés ou thymélées avec ses fleurs blanches peu remarquables. Il forme des buissons vert foncé et de peu d’ampleur dans les rochers les rocailles et les gros éboulis calcaires du quart Sud-Est des Corbières au Jura..

Étymologie du nom

L’épithète alpina « des Alpes » décrit le centre de l’aire de répartition qui s’étend en fait à tous les monts et montagnes calcaires (y compris les Causses) aussi alpestris « des Alpes » en tant que reliefs élevés et escarpés serait plus judicieux

Description

Caractères distinctifs
Daphne alpina se reconnaît à son port tortueux sortant des rochers et à ses feuilles jeunes pubescentes sur les deux faces ainsi qu’à ses fleurs blanches et enfin à ses rameaux âgés cassants (et non pas souples)..

Milieu principal
rochers calcaires.

Statut protection
Protection régionale : Bourgogne Franche-Comté.

Écologie
Rochers et rocailles.

Étage altitude
De 400 à 2000 m.

Répartition
Orophyte Sud Européen : Côte d’Or Jura Alpes Causses des Cévennes et de l’Hérault Corbières et Pyrénées. Europe centrale.

Floraison
De avril à juillet.

Description
Taille 20 à 60 cm. Fleur . Port arbrisseau.

Type biologique
Ligneux.

Daphné des Alpes description complète

Daphne alpina Linné 1753

Plante : sous-arbrisseau de 20 à 60 cm peu denses et sortant des fissures rocheuses ascendant tortueux noueux grisâtre.
Rameaux : pubescents et densément feuillés au sommet.
Feuilles : d’abord velues soyeuses molles caduques longues de 2 à 3 cm sur 6 à 10 mm oblongues spatulées uninervées naissant avant les fleurs.
Inflorescence : 4 à 7 fleurs en têtes terminales sans bractées mais entourées de feuilles en fausse rosette.
Fleurs : blanches odorantes subsessiles
Périanthe : soyeux à lobes lancéolés égalant à peine le tube.
Fruit : baie tardivement nue ovoïde rouge longue de 5 à 8 mm

Autre synonymie : Thymelaea candida Scop. Daphne candida Vitman Thymelaea alpina (L.) All.

Daphné lauréole (Daphne laureola)

Le Daphné lauréole est une plante classique des sous-bois et des lisières dans toute la France surtout sur les hautes collines et les monts. Sa floraison passe souvent inaperçue car elle est précoce (hiver et mars) et plus discrète que les plans serrés ne le laissent supposer assez peu abondante en général.

Daphné lauréole

Étymologie du nom

L’épithète laureola diminutif de laurus « laurier » réfère au nom vernaculaire « laurier des bois » mais constitue un pléonasme avec Daphne qui réfère déjà à une ressemblance avec le laurier.

Description

Caractères distinctifs
Daphne laureola se reconnaît facilement et sans ambiguïté possible à ses grandes feuilles vert franc foncé (et non pas glauques) luisantes et coriaces avec un bois gris clair et flexible et ses inflorescences latérales et pendantes peu ou pas odorantes avec des fleurs jaune pâle.

Milieu principal
bois et coteaux.

Statut protection
Protection régionale : Limousin.

Écologie
Bois surtout sur collines et monts de préférence sur calcaire.

Étage altitude
Collines et monts de 200 à 1000 m.

Répartition
Méditerranéo-atlantique : toute la France dont Corse. Europe centrale et méridionale Afrique septentrionale.

Floraison
Fin d’hiver de janvier à mai ou juin selon altitude.

Description
Taille 30 cm à 120 m. Fleur jaune pâle. Port en « palmier » (arbuste dégarni).

Type biologique
Ligneux.

Daphné lauréole description complète

Daphne laureola Linné 1753

Plante : arbrisseau de 40 cm à 1 mètre et plus à croissance lente.
Tiges : dressées flexibles (ne peuventt pas être cassés) grisâtres avec peu de rameaux.
Pilosité : glabre.
Feuilles : en fausse rosette au sommet coriaces persistantes longues de 6 à 12 cm sur 2 à 3 cm obovales lancéolées atténuées en court pétiole nervées précédant les fleurs.
Inflorescence : cymes axillaires souvent peu nombreuses de 3 à 10 fleurs penchées.
Bractées : jaunâtres bien plus courtes que les fleurs.
Fleurs : jaune pâle à verdâtre peu ou pas odorantes pédicellées.
Périanthe : lobes ovales lancéolés 2 à 3 fois plus courts que le tube long de 6 à 12 mm.
Fruit : baie nue ovoïde à la fin noire de 6 à 10 mm

Autre synonymie : Daphne lapeyrousii Gand.

Daphné camélée (Daphne cneorum)

Le Daphné camélée ou thymélée est une merveille des rocailles d’une couleur rose chair jusqu’à un rose rouge intense qui rend mal en photographie car il sature et d’une odeur à se damner. Il forme de petits buissons dans les rochers ou les lieux sableux et rocailleux des Pyrénées à l’Alsace. Il peut être abondant mais reste peu fréquent dans l’ensemble..

Daphné camélée

Étymologie du nom

L’épithète cneorum était le nom grec de plusieurs espèces de daphnés.

Description

Caractères distinctifs
Daphne cneorum se distingue des autres daphnés à fleurs roses par ses feuilles d’un vert franc (et non pas glauques comme Daphne mezereum) et par ses tubes floraux couverts de poils crépus (et non pas glabres comme Daphne striatum)..

Milieu principal
lieux sablonneux et rocailleux.

Statut protection
Protection régionale : Aquitaine Bourgogne Franche-Comté Lorraine Rhône-Alpes.

Écologie
Lieux secs et pierreux pelouses rocailles causses.

Étage altitude
Collines et monts de 200 à 2000 m.

Répartition
Européen : Est Sud et Sud-Ouest Europe centrale.

Floraison
Avril à juillet selon l’altitude.

Description
Taille 30 cm (5 à 60 cm). Fleur rose chair à rose rouge. Port : arbrisseau étalé.

Type biologique
Ligneux.

Daphné camélée description complète

Daphne cneorum Linné 1753

Plante : sous-arbrisseau de 5 à 60 cm couché ou rarement ascendant peu fourni.
Rameaux : grêles et souples se lignifiant tardivement d’un brun rougeâtre
pubescents et densément feuillés au sommet sur 1 à 3 cm
Feuilles : glabres coriaces persistantes petites (1 à 2 cm sur 3 à 5 mm) oblongues ou linéaires spatulées sessiles uninervées.
Inflorescence : 6 à 12 en têtes terminales entourées de longues bractées foliacées.
Fleurs : rouges ou roses très odorantes subsessiles.
Périanthe : pubescent grisâtre à lobes ovales ou lancéolés 2 à 3 fois plus courts que le tube.
Fruit : baie tardivement nue ovoïde jaunâtre à orangé de 3 à 5 mm et habituellement plus ou moins cachées par le tube floral persistant

Autre synonymie : Thymelaea broteriana Cout. Daphne cneorum subsp. verlotii Bonnier & Layens Daphne verlotii Gren. & Godr. Daphne rhodanica Gand. Daphne orogenes Gand. Daphne julia Koso-Pol. Daphne cneorum var. verlotii (Gren.) Meisn. Daphne cneorum var. humifusa Tuzson Daphne cneorum subsp. verlotii (Gren.) Nyman Daphne cneorum proles verlotii (Gren.) Rouy Daphne chamaebuxus Gand. Daphne broteriana (Cout.) Samp. Daphne brigantiaca Gand. Daphne alpestrivaga Gand. Thymelaea odorata Bubani Thymelaea cneorum (L.) Scop. Daphne prostrata Salisb. Daphne odorata Lam.

Écologie Bonsai Plante Carnivore Orchidée Palmier Plantes Sauvages Comestibles Ail
Plante Méditerranéenne - Tous droits réservés. Mentions légales.