fond billetterie en ligne

Clématite (Clematis)

Clématite

Clématite flamme (Clematis flammula)

La Clématite flamme doit son nom au fait que les feuilles sont piquantes quand on les goûte. Un tel critère de distinction est efficace mais on peut s’en passer car ses feuilles sont étroites et ses fleurs très blanches. Fleur du sud elle remonte assez haut au nord à la faveur de coteaux ensoleillés.

Clématite flamme

Étymologie du nom

L’épithète flammula « petite flamme » éoque la saveur brûlante des feuilles àl a mastication.

Description

Caractères distinctifs
Clematis flammula se reconnaît à ses feuilles à segments étroits non lobés pour le dernier et à ses fleurs blanches à sépales étroits glabres (et non pas à fleurs blanc cassé à sépales larges et pubescents comme chez Clematis vitalba).`
Clematis flammula est une liane généralement de peu d’ampleur plutôt sur des buissons que sur des arbustes et jamais sur des arbres à tige restant grêle et ne se développant jamais en tronc à la différence de la clématite des haies..

Milieu principal
Lieux incultes.

Statut protection
Protection régionale : Basse Normandie.

Écologie
Haies et buissons voire rochers ou même en pleine garrigue.

Étage altitude
Plaine et collines guère au-dessus de 600 m.

Répartition
Euryméditerranéenne : région méditerranéenne jusque dans la Drôme et l’Aveyron et un peu partout en lieux ensoleillés. Depuis le Portugal jusqu’en Perse.

Floraison
De juin à octobre.

Description
Taille 50 cm à 5 m mais plus souvent 1 à 2 mètres maximum. Fleur blanche parfois un peu grise mais pas jaune ou blanc cassé. Port grimpant ou étalé parfois en partie dressé.

Type biologique
Vivace liane.

Clématite flamme description complète

Clematis flammula Linné 1753

Plante : grimpante 50 cm à 5 m feuilles à saveur brûlante.
Tige : sarmenteuse grêle pleine presque glabre.
Feuilles : bipennées à 3-7 folioles assez petites ovales ou lancéolées entières ou rarement trilobées segment ultime toujours entier.
Inflorescence : panicule lâche mais floraison abondante.
Fleurs : blanches parfois un peu grises mais sans jaune ou blanc cassé.
Calice : sépales étroits pubescents en dehors glabres en dedans.
Corolle : pétales absents.
Étamines : anthères grandes égalant le filet.
Gynécée : réceptacle glabre.
Fruit : carpelles très comprimés à arête plumeuse assez courte

Autre synonymie : Meclatis sibirica Spach Clematis pallasii J.F.Gmel. Clematis lasiantha Fisch. Clematis hexapetala Pall. Clematis fragrans Ten. Clematis canaliculata Lag. Clematis caespitosa Scop. Clematis angustifolia Jacq.

Clématite des haies (Clematis vitalba)

La Clématite des haies est une plante si commune qu’on en oublie de la regarder. Elle est pourtant somptueuse que ce soit aux divers stades de ses fleurs que de ses fruits. Une telle merveille de la nature invite s’il en était besoin à regarder près de chez soi. En tant que liane elle est en outre un petit coin de forêt vierge à sa porte..

Clématite des haies

Étymologie du nom

Du grec clema « sarment vrille » qui désignait une plante grimpante. Le français clématite est attesté en 1559 sous la forme clématide puis clématite. Ces deux formes témoignent d’un double emprunt d’une part au grec klêmatis nom de la branche de vigne et par extension tous sarments et d’autre part klêmatitis désignant plus spécifiquement la clématite et aussi l’artistoloche. Les deux mots sont issus de klêma « sarment » qui désigne également la renouée des oiseaux et une euphorbe. Le mot est d’une famille importante issue de klaein « briser » qui a donné klados « rameau » et calamité. L’épithète vitalba est la contraction de vitis alba « vigne blanche ».

Description

Caractères distinctifs
Clematis vitalba est une liane pouvant devenir très grande et vivre jusqu’à 25 ans. Ses tiges peuvent finir par former des troncs d’apparence morts ne contenant que quelques canaux conducteurs. La plante investit toute son énergie dans l’appareil aérien qui se dessèche au fur et à mesure l’appareil racinaire étant d’une taille inhabituellement faible comparé aux tiges.
On la reconnaît facilement à ses feuilles peu découpées et assez larges. En cas de doute la plante a des vrilles la tige est pleine et les sépales (ou tépales ou encore faux pétales) sont pubescents à la face interne (et non pas glabres comme chez Clematis flammula).

Milieu principal
haies et bois.

Statut protection
Aucune protection.

Écologie
Haies bois et buissons.

Étage altitude
Plaine et montagnes de 0 à 1600 m ou plus.

Répartition
Holarctique : toute la France. Europe centrale et méridionale Afrique septentrionale.

Floraison
De juin à octobre.

Description
Taille 1 à 30 m. Fleur blanc cassé. Port grimpant peut couvrir les buissons.

Type biologique
Vivace.

Clématite des haies description complète

Clematis vitalba Linné 1753

Plante : grimpante de 1 à 30 m de long très ramifiée.
Racine : de très petite taille comparée à la taille de la plante.
Tige : sarmenteuse très longue pleine un peu poilue.
Feuilles : pennées à 3-7 folioles grandes ovales lancéolées un peu en cœur à la base entières crénelées ou dentées.
Inflorescence : petites panicules terminales formant une grande panicule fournie.
Fleurs : blanches avec un peu de jaune ou blanc sale.
Calice : sépales tomenteux sur les 2 faces.
Corolle : pétales absents.
Étamines : anthères petites égalant au plus le tiers du filet.
Gynécée : réceptacle velu.
Fruit : carpelles peu comprimés à arête plumeuse longue et flexueuse

Autre synonymie : Clematis vitalba var. taurica Besser ex Rouy & Foucaud Clematis vitalba var. integrata DC. Clematis vitalba var. crenata (Jord.) Rouy & Foucaud Clematis transiens Gand. Clematis scandens Borkh. Clematis odontophylla Gand. Clematis dumosa Gand. Clematis crenata Jord. Clematis bellojocensis Gand. Clematitis vitalba (L.) Moench Clematis sepium Lam. Clematis pilosa Dulac Clematis dumosa Salisb.

Écologie Bonsai Plante Carnivore Orchidée Palmier Plantes Sauvages Comestibles Ail
Plante Méditerranéenne - Tous droits réservés. Mentions légales.