fond billetterie en ligne

Astragalus

Astragalus

Astragale queue-de-renard (Astragalus alopecurus)

L’Astragale queue-de-renard est une célébrité du Queyras dont ce fut la seule station connue en France. En fait on la trouve dans de larges alentours en Corse ainsi que des Alpes centrales au Caucase. Spectaculaire elle égaye les landes boisées de ses inflorescences jaune clair grandes et longues.

Étymologie du nom

L’épithète alopecurus provient du grec alôpex « renard » et oura « queue ».

Description

Caractères distinctifs
Il ne faut pas confondre cette astragale Astragalus alopecurus Pall. qui s’appelle également Astragalus alopecuroides sensu auct. plur. avec Astragalus alopecuroides L. 1753 l’Astragale de Narbonne.
Du fait de la proximité des synonymes différenciés uniquement par les auteurs (L. 1753 ou sensu auct plur.) la plus grande confusion règne sur internet. Wikipédia et la plupart des sites décrivent Astragalus alopecurus sous le nom générique Astragalus alopecuroides. La plante des Alpes est plus connue la Queue de Renard de Narbonne poussant uniquement dans l’Aude et en Espagne.

Astragalus alopecurus est une astragale vivace à tiges bien apparentes et à fleurs jaunes. C’est une plante dressée grande compacte et non pas aérée élégante aux feuilles allongées à très nombreux folioles oblongs (et non pas étroits) de 20 à 40 paires (soit 40 à 80).
On distingue Astragalus alopecurus de Astragalus alopecuroides (de Narbonne) à ses fleurs en grappes allongées ou au moins ovoïdes (et non pas globulaires) ses feuilles à folioles serrés et oblongs (et non pas espacés et étroits) et son calice à dents certes longues mais moins que le tube (et non plus longues)..

Milieu principal
Landes.

Statut protection
PROTECTION NATIONALE : LIVRE ROUGE DES ESPÈCES MENACÉES ESPÈCES PRIORITAIRES.

Écologie
Landes et pelouses steppiques d’adret dans l’association à Épine-vinette (Berberis vulgaris) et Genévrier sabine (Juniperus sabina) rocailles.

Étage altitude
Étage montagnard 800 à 2000 m.

Répartition
Orophyte alpien méridional : Hautes-Alpes Alpes de Haute-Provence Corse Italie Bulgarie Turquie Altaï Caucase.

Floraison
Fin juin à mi-juillet.

Description
Taille 50 cm à 1 mètre. Fleur jaune clair. Port en buisson touffu.

Type biologique
Buisson (hémicryptophytes érigés).

Classification
Règne : Plantae
Embranchement : Spermatophyta (Angiospermae)
Classe : Dicotyledones
Famille : Fabaceae
Genre : Astragalus.

Astragale queue-de-renard description complète

Astragalus alopecurus Pall.

Plante : 50 cm à 1 mètre blanchâtre dressée.
Pilosité : mollement velue à laineuse.
Tiges : simples épaisses creuses.
Feuilles : imparipennées à 20-40 paires de folioles elliptiques.
Stipules : libres lancéolées acuminées.
Fleurs : jaune pâle assez grandes 18 à 20 mm très nombreuses.
Inflorescence : grosses grappes ovoïdes serrées subsessiles.
Calice : velu ovale renflé à dents plus courtes que le tube.
Corolle : persistante étendard dépassant peu le calice à onglet aussi long que le limbe.
Fruit : gousses incluses dressées ovoïdes non sillonnées laineuses à 2-4 graines

Autre synonymie : Astragalus maximus Willd. Astragalus centralpinus Braun-Blanq. Tragacantha alopecurus (Pall.) Kuntze

Astragale fausse queue-de-renard (Astragalus alopecuroides)

L’Astragale fausse queue-de-renard ou Astragale de Narbonne souvent confondue avec celle des Alpes par sa ressemblance et par confusion de noms latins (voir fiche) ne pousse en France que dans l’Aude. Spectaculaire elle ne passerait pas inaperçue si elle ne poussait pas dans des ravines marneuses où peu de personnes circulent..

Étymologie du nom

Du grec astragalos « vertèbre os du talon » allusion à la forme de la gousse de certaines espèces selon Coste. Pour Fournier astragalus est probablement le nom d’une légumineuse à graines cubiques du grec « osselet ». Couplan reprend ces explications. Aussi curieuse et peu convaincante qu’est cette étymologie elle semble confirmée par celle du mot français apparu en 1546 sous la forme astragal et issu du latin astragalus emprunté au grec astragalos « vertèbre » et « os du talon » et utilisé pour désigner une plante dès 1611. Le grec appartient à une racine indo-européenne « os ». L’épithète alopecuroides provient du grec alôpex « renard » et oura « queue » ainsi que -eidês « aspect ». Il signifie non pas « semblable à une que de renard » qu serait la traduction littérale mais « fausse queue de renard » allusion botanique à la vraie queue de renard qui est Astragalus alopecurus.

Description

Caractères distinctifs
Il ne faut pas confondre cette astragale Astragalus alopecuroides L. 1753 l’Astragale de Narbonne avec Astragalus alopecurus Pall. qui s’appelle également Astragalus alopecuroides sensu auct. plur.
Du fait de la proximité des synonymes différenciés uniquement par les auteurs (L. 1753 ou sensu auct plur.) la plus grande confusion règne sur internet. Wikipédia et la plupart des sites décrivent sous le nom générique Astragalus alopecuroides la Queue de renard des Alpes et non pas la Queue de renard de Narbonne. Il ne faut donc pas confondre la plante des Alpes plus connue et réputée ne pousser que dans le Queyras mais en actuelle expansion (orophyte alpin caucasien) et Astragalus alopecuroides L. 1753 la Queue de Renard de Narbonne poussant uniquement dans l’Aude et en Espagne (Catalogne endémique catalano-languedocien).

Astragalus alopecuroides est une astragale vivace à tiges bien apparentes et à fleurs jaunes. C’est une plante dressée grande aux feuilles allongées à très nombreux folioles de 15 à 30 paires (soit 30 à 60).
On distingue Astragalus alopecuroides de Astragalus alopecurus (des Alpes) à ses fleurs en grappes globulaires (et non pas allongées) ses feuilles à 15 ou 30 paires folioles (et non pas 20 à 40 paires) et son calice à dents plus longues que le tube (et non pas plus courtes)..

Milieu principal
Coteaux secs.

Statut protection
PROTECTION NATIONALE : LIVRE ROUGE DES ESPÈCES MENACÉES ESPÈCES PRIORITAIRES.

Écologie
Lieux secs marneux talus ravines : garrigues mésoméditerranéennes occidentales dans l’association à romarin officinal.

Étage altitude
Collines de 50 à 400 m environ.

Répartition
Endémique catalano-languedocien : Aude Espagne.

Floraison
Mai et juin.

Description
Taille 50 cm à 1 mètre. Fleur jaune citron clair. Port en buisson d’apparence dense à cause des grandes feuilles mais à ramification aérée en fait.

Type biologique
Buisson (hémicryptophytes érigés)t.

Classification
Règne : Plantae
Embranchement : Spermatophyta (Angiospermae)
Classe : Dicotyledones
Famille : Fabaceae
Genre : Astragalus.

Astragale fausse queue-de-renard description complète

Astragalus alopecuroides L.

Plante : de 50 cm à 1 mètre blanchâtre dressée.
Pilosité : mollement velue.
Tiges : simples épaisses pleines.
Feuilles : imparipennées à 15-20 paires de folioles oblongues.
Stipules : libres lancéolées acuminées.
Fleurs : jaune pâle grandes (24 à 26 mm) nombreuses en têtes globuleuses serrées presque sessiles.
Calice : velu oblong et tubuleux renflé à dents plus longues que le tube.
Corolle : persistante étendard dépassant longuement le calice à onglet 10 fois plus court que le limbe.
Fruit : gousses incluses dressées globuleuses à trigones sillonnées sur le dos velues à 2-4 graines

Autre synonymie : Astragalus africanus Bunge Tragacantha narbonensis (Gouan) Kuntze Astragalus narbonensis subsp. atlanticus Ball Astragalus narbonensis subsp. africanus (Bunge) Ball Astragalus narbonensis Gouan Astragalus marianorum Sennen Astragalus alopecuroides subsp. narbonensis (Gouan) Bonnier & Layens Alopecias narbonense (Gouan) Steven Astragaloides alopecuros Moench Alopecias alopecuroides (L.) Steven

Écologie Bonsai Plante Carnivore Orchidée Palmier Plantes Sauvages Comestibles Ail
Plante Méditerranéenne - Tous droits réservés. Mentions légales.